« Des brûlures de cigarette, des bouteilles de verre, des coups de fourchette... j'en ai pris plein la gueule. » Gaël, 16 ans, a accepté de témoigner pour le documentaire Enfants martyrs* sur les sévices que lui a fait endurer son père entre 8 et 10 ans. « Il a tout consigné sur un cahier de 25 pages, explique Julie Zwobada, coréalisatrice avec Claire Lajeunie. Mais nous avons omis certains détails. Comme pour chaque histoire de martyrs dont nous parlons dans ce film. » Pour illustrer le calvaire des 19 000 enfants maltraités chaque année en France, les réalisatrices ont, en effet, tourné dans de nombreuses institutions, brigade des mineurs, bureau d'un juge des enfants... « Et à chaque séquence, on s'est interrogées : jusqu'où peut-on aller ? On voulait absolument éviter le voyeurisme. Et, en même temps, nous souhaitions interpeller le téléspectateur. »

Une difficulté qui explique, peut-être, « qu'en dehors des faits divers, des procès, ce sujet n'est pas traité par des documentaires de fond. D'ailleurs, France 3 a un grand courage de le programmer en prime. C'est une chance incroyable. Beaucoup de diffuseurs auraient dit que c'était trop anxiogène. » Une carence « d'autant plus grave que ce genre de films aide beaucoup à lutter contre la maltraitance, explique Gisèle Doutreligne, responsable d'Allô 119, le numéro à appeler pour tout témoignage. C'est capital que les médias en parlent, car cela fait prendre conscience aux parents maltraitants que l'extérieur est au courant. » Et encourage les gens à appeler. « Cela devrait permettre à des langues de se délier, précise Gisèle Doutreligne. On a, du reste, prévu de doubler le personnel de notre plate-forme cette semaine en raison de la diffusion. » ■A. C.

* Ce soir à 20 h 35 sur France 3.

Mots-clés :

Aucun mot-clé.