Roselyne Febvre après son off avec Rachida Dati: «désormais, je la bouclerai»

116 contributions
Publié le 28 mars 2008.

INTERVIEW - La journaliste Roselyne Febvre de France 24 revient sur la vidéo dans laquelle on la voit tutoyer Rachida Dati et parler bijoux et gâteau au chocolat…

Dans une vidéo révélée par Bakchich.info, on voit Roselyne Febvre, journaliste à France 24, discuter hors micro avec la ministre de la Justice, Rachida Dati, avant de l'interviewer. Tutoiement de rigueur, anecdotes personnelles: les deux femmes semblent très bien se connaître. Ce qui provoque une (petite, nouvelle) polémique sur la connivence entre journalistes et hommes politiques. Roselyne Febvre répond aux questions de 20minutes.fr.

La vidéo de votre discussion off avec Rachida Dati fait du bruit. Cela vous surprend-il?

C'est d'une hypocrisie incroyable. On a l'impression que l'on découvre la vie. Le tutoiement, tous les journalistes le savent et le font. J'ai suivi l'UMP pendant longtemps pour France 3. Les politiques, nous passons notre vie ensemble dans les avions. Nous avons des intérêts partagés, ils ont besoin de nous, nous avons besoin d'eux. Mais ils ne nous veulent pas du bien et nous ne sommes pas amis. Je ne comprends pas le tollé suscité par la vidéo. Il y a bel et bien une connivence mais elle est superficielle. Il faut bien trouver des sujets de conversation, non? Donc on parle de gâteau au chocolat… Mais jamais nous ne dînons ensemble en dehors du travail. Et puis, c'est vrai qu'on s'est bien marré pendant la campagne. Je le dirais aussi par exemple à Jean-Pierre Chevènement au sujet de la campagne de 2002. De toute façon, ce qui compte, c'est que l'interview soit irréprochable. Et ça, même Bakchich l'a reconnu.

Ne craignez-vous pas tout de même que cette vidéo vous décrédibilise auprès des téléspectateurs? Ne donne-t-elle pas l'impression que votre interview "on the record", dans laquelle vous vouvoyez la ministre, n'est qu'une mise en scène?
C'est clair mais la vie est un spectacle. Moi, je serais ravie de pouvoir tutoyer les politiques lors des interviews mais Karl Zéro l'a déjà fait. J'ai d'ailleurs failli le faire hier avec Jean-Luc Mélenchon et Denis Baupin. Mais vu que ce sont des hommes de gauche, on m'aurait accusé de vouloir rattraper le coup…

Comment expliquez-vous que l'enregistrement soit sorti sur le Web?
J'aimerais bien pouvoir vous répondre. Cela est gênant et prouve un certain mauvais esprit. Il y a quelques mois déjà, Bakchich accusait des journalistes de France 24 d'être des taupes syriennes à la botte du Hezbollah. La chaîne est régulièrement attaquée dans le «Canard enchaîné». Visiblement, beaucoup de gens ne voient pas d'un bon œil la venue d'une nouvelle chaîne dans le PAF. Quant à savoir d'où ça vient, vous savez, beaucoup de choses se baladent dans les régies des différentes rédactions… Un «off antenne», c'est de la vie privée. Pourquoi pas des micros bientôt aux toilettes? L'Internet devient le réservoir des frustrés qui postent leurs détritus cachés derrières leurs ordinateurs. Désormais, en plateau, je la bouclerai.

Propos recueillis par Alexandre Sulzer
Newsletter
POP

En fin de journée, faites
le tour de l'actu POP : culture, people, médias

publicité
publicité
publicité
Top 5 des vidéos partagées
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr