Le Média: Le premier JT en direct créé par des membres de La France insoumise sera lancé lundi à 20 heures

MEDIAS « Notre propos est de montrer le contrechamp, les oubliés de la crise », assure Aude Rossigneux, qui présentera le journal…

20 Minutes avec AFP

— 

Capture d'écran du site lemediatv.fr

Capture d'écran du site lemediatv.fr — Capture d'écran du site lemediatv.fr

Créé par des membres de La France insoumise et se revendiquant de gauche, Le Média se lance dans le grand bain lundi à 20h sur Internet avec un journal télévisé en direct et l’objectif de faire de la télévision autrement.

>> A lire aussi: «Le Média citoyen», «L'Ebdo»... Quel avenir pour les médias alternatifs?

Dans un studio aménagé dans de nouveaux locaux loués à Montreuil, l’émission phare de cette nouvelle chaîne doit inscrire une information décalée dans un schéma « tout ce qu’il y a de plus classique », explique la rédaction.

Treize mille propriétaires ont acheté des « titres de propriété » à 5 euros du Média

L’équipe se sait attendue au tournant. « Notre propos est de montrer le contrechamp, les oubliés de la crise », assure Aude Rossigneux, qui présentera le journal. « Le fait de produire de l’information est un acte politique », abonde Marc de Boni, une des « prises de guerre » de ce Média ouvertement très à gauche.

« Les gens pourront juger sur pièce, la prise d’antenne se fait (lundi) mais on fera en avançant », a expliqué Gérard Miller, un des cofondateurs de la chaîne lors de la présentation de la douzaine de journalistes et des chroniqueurs qui composent l’équipe rédactionnelle. Lui-même fidèle de longue date de Jean-Luc Mélenchon, il a créé le Média avec Sophia Chikirou, la directrice de la communication du candidat LFI à la présidentielle, qui continue de travailler ponctuellement pour le mouvement.

L’objectif est que la rédaction soit secondée par ses spectateurs, plus précisément par ceux qui ont investi dans cette chaîne où les journalistes diront d’où ils parlent. A l’heure actuelle, plus de 13.000 propriétaires, dits « socios » (« partenaires » ou « associés » en espagnol), ont acheté des « titres de propriété » à 5 euros (dans la limite de 500 par personne). Les fondateurs du Média en espèrent 40.000 à terme, en plus des dons qui affluent (près d’1,5 million d’euros depuis la mi-octobre).

Le Média veut « appartenir » à ses spectateurs

Une adresse mail a été ouverte à l’attention des « socios », du matériel et des tutoriels seront mis à leur disposition pour qu’ils deviennent, s’ils le souhaitent, « correspondants citoyens ». Le Média veut « appartenir » à ses spectateurs qui auront un droit de regard et de critique sur toutes les émissions.

Et déjà idées et commentaires affluent, assure l’équipe. Au total, la chaîne compte environ 32.000 abonnés sur Facebook, plus de 19.000 followers sur Twitter et quelque 2.000 jeunes discutant sur le Discord Média, une application de discussion créée à l’origine pour les joueurs de jeux vidéo.

Pour tenir compte de cette organisation inédite, la rédaction n’a pas de hiérarchie. Propulsée « rédactrice en chef » à la rentrée alors qu’elle était la seule journaliste, Aude Rossigneux a abandonné ce titre à la faveur de l’arrivée de ses collègues, se fondant dans un « fonctionnement horizontal et autogéré ».

« Une réhabilitation d’une forme de journalisme militant »

Parmi plus de 200 CV, elle a recruté des journalistes issus de la diversité, jeunes ou chevronnés, hommes ou femmes, venus de l’audiovisuel comme de l’écrit.

Les plus connus, outre Marc de Boni, sont l’ancienne directrice adjointe de l’Obs, Aude Lancelin, ou encore Serge Faubert, ancien de France Soir, Jeune Afrique ou Bakchich-Info, passé aussi par le cabinet de Jean-Paul Huchon (PS) à la région Ile-de-France. On y trouve également l’ancien député écologiste Noël Mamère ou Kevin Boucaud-Victoire qui a créé la revue Le Comptoir, chroniqueur de la « météo sociale ».

Gage d’indépendance vis-à-vis de LFI, « l’idée est que chaque journaliste endosse la responsabilité éditoriale de ses sujets », explique Aude Rossigneux.

« Depuis la dernière campagne présidentielle, où les politiques ont beaucoup critiqué et interpellé les médias, on assiste à une réhabilitation d’une forme de journalisme militant », analyse le spécialiste des médias Jean-Marie Charon.

Il y voit un « un contrepoids à une tendance de fond » inverse, celle d'« un positionnement du journaliste plus anglo-saxon, c’est-à-dire avec une certaine distance par rapport au débat d’idées ».

>> A lire aussi: «Tout le circuit de l’information est pollué», estime Aude Lancelin, auteure de «La pensée en otage»

Vous avez vous-même envoyé un don au Média ou bien acheté un titre de propriété à 5 euros ? Racontez-nous pour quelles raisons et ce que vous attendez de ce nouveau média dans les commentaires ci-dessous ou en envoyant un mail à contribution@20minutes.fr