Le CSA inflige une amende d'un million d'euros à NRJ pour une séquence de «C Cauet»

MEDIAS L’autorité de régulation de l’audiovisuel a épinglé mercredi NRJ et France Télévisions pour des manquements liés à la lutte contre les violences faites aux femmes…

20 Minutes avec AFP

— 

Cauet à Chasseneuil-du-Poitou lors d'un événement à l'occasion des 30 ans du Futuroscope, le 24 juin 2017.

Cauet à Chasseneuil-du-Poitou lors d'un événement à l'occasion des 30 ans du Futuroscope, le 24 juin 2017. — GUILLAUME SOUVANT/NRJ/SIPA

Le CSA ne plaisante pas. Le Conseil supérieur de l’audiovisuel a infligé mercredi une amende d’un million d’euros à NRJ. En cause, la diffusion, le 9 décembre 2016 dans C' Cauet d’un canular téléphonique « durant lequel les auteurs ont formulé des commentaires avilissants relatifs au physique d’une femme, victime du canular, ainsi que des insultes et des propos dégradants concernant sa vie intime ».

>> A lire aussi : Explosion des plaintes auprès du CSA: La télé dépasse-t-elle trop les bornes?

La radio a immédiatement annoncé qu’elle déposait un recours devant le Conseil d’Etat contre cette sanction qu’elle estime « injuste et totalement disproportionnée ».

Une précédente mise en demeure de NRJ pour de « graves manquements »

NRJ rappelle qu’elle « n’a jamais été sanctionnée dans de telles conditions en 36 ans ». Et affirme « qu’elle s’attache à promouvoir (…) les valeurs de l’égalité femmes-hommes, du respect d’autrui, de l’acceptation des différences et du vivre ensemble ». « Il s’agissait d’une auditrice faisant une blague à une proche ; le canular se terminant par un happy end où les deux étaient contentes et riaient du moment », a déclaré Angélique Payet, secrétaire générale de la société de production de Cauet, dans un communiqué.

>> A lire aussi : VIDEO. Agression sexuelle dans «TPMP»: Le Conseil d'Etat confirme la sanction du CSA

Avant cette condamnation, NRJ avait été mise en demeure en fin d’année dernière pour de « graves manquements » concernant le respect de l’image des femmes et la protection de l’enfance dans certains numéros de l’émission C Cauet. L’animateur, congédié cet été par NRJ, présente désormais une quotidienne sur Virgin Radio.

Une « mise en demeure » pour France 2

France Télévisions a, quant à elle, été « mise en demeure » pour un « manquement » en matière de lutte contre les violences faites aux femmes. La séquence épinglée est celle, controversée ayant opposé le 30 septembre la chroniqueuse Christine Angot à l’ex-députée EELV Sandrine Rousseau dans On n’est pas couché sur France 2.

>> A lire aussi : Polémique Angot-Rousseau: Marlène Schiappa s'explique sur son signalement au CSA

Le CSA a notamment critiqué un « choix de montage trompeur » ne faisant pas figurer la séquence où Christine Angot quittait le plateau, mais conservait des passages où « l’invitée n’a pu masquer son émotion » face aux « propos tenus par les deux chroniqueurs ». Par ailleurs, « les interventions de l’animateur [Laurent Ruquier] ont été caractérisées à plusieurs reprises par une attitude de complaisance à l’égard du parti pris choisi par les chroniqueurs attitrés de l’émission s’agissant d’un sujet particulièrement grave et douloureux », souligne le CSA.

A noter qu’une « mise en demeure » est décision préalable à une éventuelle sanction.