• Frédéric Haziza, le journaliste vedette de La Chaîne Parlementaire (LCP), est visé par une plainte d’une journaliste de la rédaction pour une agression sexuelle qui remonte à 2014.
  • Alerté sur ces faits par la député Isabelle Attard en décembre dernier, le désormais président de l’Assemblée nationale François de Rugy l’avait accusée de « relayer des rumeurs ».
  • Ce mardi, le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire. La chaîne a elle annoncé l’ouverture d’une « enquête interne ».
  • La Société des journalistes et le Comité d’entreprise de LCP réclament un « retrait de l’antenne ainsi qu’une mise à pied à titre conservatoire » de Frédéric Haziza.

Astrid de Villaines, journaliste à La Chaîne Parlementaire (LCP), a déposé plainte dimanche 19 novembre contre Frédéric Haziza, selon Buzzfeed ce mardi. Elle accuse le journaliste vedette de la chaîne d’agression sexuelle. Les faits remontent à 2014 et Buzzfeed s’est procuré la plainte.

>> A lire aussi : Sandra Muller crée une page Facebook officielle #BalanceTonPorc

« Monsieur Haziza m’a pincé la fesse gauche. »

Le 20 novembre 2014, il est environ 17 heures quand Astrid de Villaines souhaite rejoindre son bureau après s’être isolée pour passer un coup de téléphone. Frédéric Haziza lui bloque le passage. « Je lui ai redemandé de libérer le passage, mais monsieur Haziza a insisté pour que je passe devant lui, sans qu’il ne bouge du passage. Je suis donc passée devant lui, face à face. Monsieur Haziza a alors tendu son bras droit, autour de ma taille. Sa main s’est alors retrouvée au niveau de mes fesses, côté gauche, en l’appuyant fortement. Dans le même temps, monsieur Haziza m’a pincé la fesse gauche. »

Et d’ajouter : « Je précise qu’au cours des années qui ont précédé, monsieur Haziza avait des gestes ou des allusions plus ou moins déplacées, à savoir : qu’il me frôlait le haut de ma poitrine avec ses mains et qu’il me déclarait que mes hauts de vêtements m’allaient bien, tout en fixant ma poitrine. » Des faits confirmés par Charles Villanove, un ancien journaliste de LCP, qui a demandé à Frédéric Haziza de s’excuser publiquement dans l’open space. « Agresser sexuellement quelqu’un devant toute une rédaction montre à quel point Haziza pouvait se sentir tout-puissant » poursuit-il.

Un pain au chocolat « pour la calmer »

Dans la foulée, Jean-Pierre Gratien, alors rédacteur en chef, a convoqué Frédéric Haziza et Astrid de Villaines pour entendre les deux versions et demander au journaliste de s’excuser. Ce dernier a d’abord nié, avant de reconnaître son acte. Il a ensuite proposé d’acheter un pain au chocolat « pour la calmer ». La direction lui a adressé un avertissement, une sanction jugée très faible par d’autres journalistes de la chaîne.

>> A lire aussi : Les 5 choses à savoir sur François de Rugy, le nouveau président de l’Assemblée nationale

En décembre 2016, la députée Isabelle Attard, qui avait eu vent du comportement du journaliste, avait alerté la chaîne lors d’un conseil d’administration où siègent des parlementaires. François de Rugy, vice-président de l’Assemblée à l’époque, l’aurait accusée de relayer des rumeurs. Sollicité par SMS, téléphone et mail à plusieurs reprises par Buzzfeed, Frédéric Haziza, n’a pas réagi.

Le parquet de Paris ouvre une enquête préliminaire 

Dans un communiqué, la présidence de l’Assemblée nationale indique convoquer la présidente de LCP « afin qu’elle [nous] détaille les mesures prises pour que toute la lumière soit faite sur la situation au sein de la chaîne ». LCP de son côté dit vouloir permettre à la journaliste Astrid de Villaines « de continuer à travailler sereinement au sein de la chaîne » et annonce l’ouverture d’une « enquête interne menée par le secrétaire général de LCP Eric Moniot, avec un délégué du personnel et un membre du CHSCT ».

La Société des journalistes et le Comité d’entreprise de LCP ont à leur tour réagi. Ils expliquent être « unanimement choqués par l’ampleur et le contenu de ces révélations » et réclament un « retrait de l’antenne ainsi qu’une mise à pied à titre conservatoire » de Frédéric Haziza. Ce mardi soir, le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire, a-t-on appris de source judiciaire.