• Le Conseil régional d'Ile-de-France a entériné, ce mardi 26 septembre, la suppression d'un dispositif d'aide aux télévisions locales.
  • Les aides aux radios locales sont en revanche conservées.
  • Le groupe d'opposition EELV a déposé un recours contre cette mesure, sans succès.

Le Conseil régional d’Ile-de-France et sa présidente Valérie Pécresse (LR) ont pris la décision ce mardi 26 septembre de supprimer un dispositif d’aide aux télévisions locales. Ce dispositif accordait auparavant aux chaînes de télévision franciliennes une aide au démarrage et des subventions annuelles.

« Avant Pécresse, la région nous aidait largement. Cela pouvait aller jusqu’à 25.000 euros par an mais maintenant, il y a des coupes budgétaires », selon Richard Sovied, responsable de Télé Bocal, télévision associative locale du 20e arrondissement de Paris.

>> A lire aussi : Télébocal, la chaîne des manifs parisiennes, lutte de nouveau pour sa survie

« On se demande comment on va pouvoir tenir »

« A Télé Bocal, on essaye de favoriser la liberté d’expression et le lien social », plaide-t-il. Pour cette chaîne de télé locale, la suppression des subventions est un coup dur : « Cette décision nous fragilise, on se retrouve sans rien. On est une structure associative qui ne peut exister sans financement public, on ne fait pas de publicité. On se demande comment on va pouvoir tenir », explique-t-il.

Mais pourquoi une telle décision ? « Le Conseil régional ne nous a fourni aucune explication, se désole Richard Sovied, ils n’ont pas donné suite à nos demandes de rendez-vous, ni à nos courriers. Valérie Pécresse va sûrement invoquer des raisons budgétaires, mais alors pourquoi continuer à aider les radios ? La réalité, c’est que les télés locales font pas mal d’audience et qu’elles ont une grande liberté d’expression, on peut parler de tout. Pécresse veut museler une opposition à sa politique. Il faut dire que la droite n’est pas très sensible à la culture alternative. »

>> A lire aussi : La Marche des Fiertés est toujours subventionnée, mais perd son char

Une décision faiblement contestée

Au sein du Conseil régional, peu de voix se sont élevées pour dénoncer cette décision. « Il y a eu Annie Lahmer et le groupe Europe Ecologie Les Verts, mais personne d’autre. L’opposition est presque inexistante au Conseil régional », se lamente Richard. Le groupe EELV du Conseil d’Ile-de-France a en effet déposé un amendement contre cette décision. Dans un communiqué, EELV souligne en effet l’importance d’un « outil de démocratie locale ». Annie Lahmer y déclare également que « la pluralité des médias est gravement mise en cause ». L’amendement a cependant été rejeté.

Mais malgré ce coup dur, on garde espoir à Télé Bocal : « On va tenir, on va se battre, assure Richard Sovied, on réduira le budget, on va se serrer la ceinture et attendre que ça passe. On a déjà vécu des coups durs, des suppressions de subventions au gré des changements d’orientation politique. La Mairie de Paris, par exemple, a cessé de nous aider. Mais il nous reste des ressources, une petite aide du ministère de la Culture et surtout des dons, qui représentent 50 % de nos financements. »