« Une séquence édito qui va un peu secouer les choses », avait promis Christophe Hondelatte en présentant la nouvelle formule de son émission, Hondelatte raconte. Bien vu: l'annonce de l'arrivée de Jean Messiha, homme politique FN, a choqué bon nombre d'auditeurs d'Europe 1, l'antenne de l'émission.

« On va faire appel à des gens allant de Pascale Clark (journaliste) à Jean Messiha (membre du Front national), en passant par Nassira El-Moaddem ou Bruno Roger-Petit (journalistes). J'ai créé une bande de sept personnes qui alterneront et interviendront pour dire leurs convictions », avait précisé Christophe Hondelatte. Des convictions que certains n'ont pas envie d'entendre.

Une pétition lancée

Samedi après-midi, une pétition créée par des personnes qui refusent d' « accepter l'ignominie des propos frontistes sous couvert d'ouverture au débat », était lancée. Dans la soirée, elle avait recueilli une centaine de signatures. Pas de quoi affoler la station de radio, contactée, qui n'a pas réagi avant la publication de cet article.

En revanche, sur Twitter, des échanges savoureux ont eu lieu entre le principal concerné, Jean Messiha, connu pour ses sorties pas franchement raffinées sur le réseau social, l'animateur Christophe Hondelatte et leurs opposants. On vous laisse en profiter : 

Un échange entre Jean Messiha, Christophe Hondelatte et leurs détracteurs.
Un échange entre Jean Messiha, Christophe Hondelatte et leurs détracteurs. - Capture d'écran / Twitter