La une de «Charlie Hebdo» sur les attentats en Catalogne accusée d'islamophobie

POLEMIQUE La couverture montre une camionnette qui s’éloigne et laisse deux corps derrière elle, gisant dans une mare de sang…

L.B.

— 

La une de Charlie Hebdo après les attentats en Catalogne, le 23 août 2017

La une de Charlie Hebdo après les attentats en Catalogne, le 23 août 2017 — Capture d'écran / Facebook

La dernière une de Charlie Hebdo, diffusée mardi soir sur Facebook, a fait réagir de nombreux internautes. En cause, un dessin de Juin accusé d’islamophobie. La couverture montre une camionnette qui s’éloigne et laisse deux corps derrière elle, gisant dans une mare de sang.

Une allusion à l’attentat sur les Ramblas de Barcelone, là où, jeudi dernier, une fourgonnette a foncé sur les passants et tué 13 d'entre eux. Mais c’est surtout la légende écrite en rouge qui a fait grincer : « Islam, religion de paix… Eternelle ! »

Le journal déjà critiqué après les attentats de Bruxelles

Sur Twitter, de nombreux internautes ont reproché au journal satirique de faire l’amalgame entre islam et terrorisme et d’inciter à « la haine anti-musulman ».

>> A lire aussi : Les zones d'ombre de l'enquête

Charlie Hebdo avait déjà été vivement critiqué après les attentats de Bruxelles en mars 2016. Il avait représenté le chanteur belge Stromae demandant « Papa où t’es ? » – en référence à sa chanson Papaoutai – à des bouts de bras et de jambes déchiquetés, qui lui répondaient « ici » ou « là » et « là aussi ». Le père du chanteur a disparu lors du génocide des Tutsis au Rwanda.