«Russia Today» estime qu'Emmanuel Macron «menace la liberté d'expression»

MEDIAS Le journal russe Russia Today a réagi aux propos d’Emmanuel Macron, lundi, qui le qualifiait d'« organe de propagande »…

C.B.

— 

Vladimir Poutine et Emmanuel Macron en «tolérance mutuelle» le 29 mai 2017 à Versailles

Vladimir Poutine et Emmanuel Macron en «tolérance mutuelle» le 29 mai 2017 à Versailles — J.E.E/SIPA

« Le président Macron pose les bases d’un dangereux précédent qui menace à la fois la liberté d’expression et le journalisme dans son ensemble. » Dans une interview vidéo diffusée sur son site, la présidente de Russia Today, Xenia Fedorova, a réagi aux propos d’Emmanuel Macron qui a qualifié, lundi, lors de la conférence de presse commune avec Vladimir Poutine, les sites russes Sputnik et Russia Today d'« organes de propagande ».

Russia Today (RT) affirmait qu’Emmanuel Macron avait empêché ses journalistes d’accéder à son QG de campagne au soir des premier et second tours de l’élection présidentielle. « La totalité des journalistes étrangers, y compris russes, ont eu accès à ma campagne », a-t-il rétorqué, ajoutant : « Et à cela je ne céderai rien. Russia Today et Sputnik ne se sont pas comportés comme des organes de presse et des journalistes, mais ils se sont comportés comme des organes d’influence, de propagande, et de propagande mensongère, ni plus ni moins. »

Des médias russes dirigés par Poutine ?

Dans ses déclarations, Emmanuel Macron confirme qu’il pense que les médias russes sont à la solde du Kremlin. « Nous sommes très déçus par cette réponse, a confié Xenia Fedorova. Nous ne nous attendions pas à ce que le président Macron continue de proférer ces accusations. Nos journalistes ont souffert de certaines pressions de la part de son équipe de campagne et pas une seule fois on ne nous a donné ne serait-ce qu’un exemple de la manière dont RT et RT France en particulier auraient agi afin de saboter sciemment sa campagne. »

Pour le site d’information, « RT France est facilement accessible à tous, et n’importe qui peut vérifier qu’aucun des articles qui traitent d’Emmanuel Macron ne peut permettre de dire que nous faisons de la propagande. » Ils estiment donc que le président de la République menace la liberté de la presse.