Le staff de Macron n’a pas traité Yann Barthès de «débile profond» mais de «gros connard»

POLITIQUE Un article de « M Le Monde » détaille les méthodes de communication de l’équipe d’Emmanuel Macron…

L.B.

— 

Sylvain Fort le 14 mai 2017 près de l'Arc de Triomphe

Sylvain Fort le 14 mai 2017 près de l'Arc de Triomphe — Martin BUREAU / AFP

Tout va bien alors. Sylvain Fort, le directeur de la communication de l’Elysée, a voulu rectifier auprès de M Le Magazine, qui publie ce vendredi un article sur la communication verrouillée du nouveau président et de sa jeune garde rapprochée. Le super-attaché de presse dément avoir traité Yann Barthès de « débile profond », mais pas de « gros connard ». L’article intitulé « Culture du secret et papier glacé : la communication selon Macron » raconte les pratiques du staff d ’Emmanuel Macron, prenant un journaliste de Quotidien en exemple.

>> A lire aussi : Emmanuel Macron, ou l'ascension éclair d'un homme pressé

Menaces de boycottage et pressions

« La Rotonde, c’est votre Fouquet’s ? », demande Paul Larrouturou à Emmanuel Macron. Une question manifestement malvenue. En guise de rétorsion, on lui complique au maximum l’accès au candidat. Quotidien reçoit des menaces de boycottage et des pressions directes. Yann Barthès, l’animateur de l’émission, se fait agonir par Sylvain Fort. "Gros connard." "Débile profond." (après lecture le 18 mai, l’intéressé dément le deuxième terme) », précise l’article.

Le chef de la com assume ainsi l’usage de « gros connard » utilisé pour qualifier le présentateur vedette de TMC, comme le fait remarquer Le Lab d’Europe 1. L’article raconte une autre histoire parlante. Le soir du second tour de la présidentielle Michel Field, le directeur de l’information de France Télévisions, s’est fait remonter les bretelles par un Sylvain Fort furieux qui lui reproche la couverture médiatique de France 2. La chaîne aurait dû se concentrer sur Emmanuel Macron plutôt que de diffuser le discours de Mélenchon. Comme une odeur d’ingérence.