Attentat sur les Champs-Elysées: Ces événements qui ont bouleversé les élections présidentielles depuis 1988

ELECTIONS Alors que plusieurs candidats ont suspendu leurs campagnes, retour sur des faits médiatiques qui ont eu un fort impact sur les élections passées…

M.G.

— 

L’agression de

L’agression de — ALAIN JOCARD / AFP

L’attaque terroriste sur les Champs-Elysées qui s’est déroulée dans la soirée du jeudi 20 avril, à trois jours du premier tour de la présidentielle, aura-t-elle une influence sur les résultats ? Plusieurs événements médiatiques similaires ont déjà bouleversé le déroulement des campagnes et des élections sous la Ve République.

>> A lire aussi : Attaque Champs-Elysées : Les intox de la soirée

Présidentielle 1988 : La prise d’otage d’Ouvéa pour l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie

Le climat était déjà très tendu dans l’île d’Ouvéa, en Nouvelle-Calédonie dont la question de la dépendance avait été posée par référendum, mais massivement refusée. Durant cette période, mais le déroulement du premier tour a marqué une radicalisation du clivage politique.

Au moment où Jacques Chirac et François Mitterrand s’affrontaient dans les débats précédant l’élection présidentielle en France, la situation s’était compliquée dans la colonie. Le 22 avril 1988, à deux jours du premier tour, la manifestation d’un groupe d’indépendantistes kanaks avait dégénéré, tournant à la prise d’otages de 27 membres des forces de l’ordre qui avait pour but de perdurer jusqu’au second tour. Après l’exécution de quatre gendarmes et des divergences d’opinions au sein du gouvernement, un assaut était décidé conjointement par le Président François Mitterrand et le premier ministre Jacques Chirac. Le bilan des victimes mais aussi les conséquences politiques et sociales étaient conséquents. François Mitterrand est réélu Président de la République deux jours plus tard et les accords de Matignon amnistiant les preneurs d’otage et les militaires impliqués sont conclus le mois suivant les résultats.

Cet événement tragique a donné lieu à plusieurs rumeurs quant à la justesse des exécutions. L’ancien ministre de la défense Charles Hernu a par ailleurs déclaré le 16 août 1989 dans Le Quotidien de Paris que « les gendarmes se sentent de moins en moins reconnus dans leur dignité. Après les événements de Nouvelle-Calédonie, l’opinion ne s’est pas assez rendu compte que les gendarmes avaient laissé leur vie là-bas. La nation, dans son ensemble, ne s’est pas montrée suffisamment reconnaissante. »

Présidentielle 2002 : La tuerie de Nanterre et l’affaire Paul Voise, le retraité orléanais 

C’est le 27 mars 2002, soit un peu moins d’un mois avant le premier tour de la présidentielle, qu’a lieu « la tuerie de Nanterre ». A la fin d’un conseil municipal à la mairie de Nanterre, un homme avait surgi et tué huit élus du conseil et blessé dix-neuf autres. Appréhendé, le tueur s’était défenestré depuis sa cellule, deux jours après son arrestation. Il a expliqué, dans une lettre, avoir voulu supprimer cette « mini-élite locale ».

Une autre affaire a bouleversé la campagne de 2002, rétrospectivement nommée « l’affaire Paul Voise » du nom de l’homme agressé le 18 avril 2002, à trois jours du dépouillement des scrutins du premier tour. Le retraité a été attaqué et roué de coups dans sa maison à Orléans, incendiée par ses agresseurs.

Cette affaire eut un énorme écho médiatique et souleva un élan d’indignation en France. Un des enjeux majeurs de la campagne, porté notamment par Jacques Chirac et Jean-Marie Le Pen, était la lutte contre l’insécurité. La grande portée médiatique de cet événement a, selon de nombreux observateurs, influencé le résultat des élections du 21 avril 2002, ayant permis au candidat du Front National d'accéder au second tour.

Présidentielle 2007 : Les affrontements de la Gare du Nord

A un mois de l’élection, le 27 mars 2007, un passager du métro parisien dépourvu de ticket était interpellé Gare du Nord. L’intervention des forces de l’ordre dégénéra et entraîna une émeute de plusieurs heures.

Les scènes de violence filmées par plusieurs usagers de la gare furent largement rediffusées dans les médias. Là encore, divers analystes remarquèrent que ces événements avaient influencé une campagne marquée par la rhétorique de Nicolas Sarkozy, ex-ministre de l’Intérieur.

Présidentielle 2012 : Plusieurs attentats et l’éviction d’un candidat

L’arrestation de Dominique Strauss-Kahn, favori des sondages pour représenter le PS à un an de l’élection, a fait parler le monde entier, le 14 mai 2011 lorsqu’il fut arrêté pour tentative de viol. Cela bouleversa le déroulement du choix du représentant socialiste, qui plaidait cependant non coupable.

A Toulouse, entre le 11 et le 21 mars 2012 se déroula l’affaire Mohamed Merah, qui assassina plusieurs militaires et quatre civils, dont trois enfants dans une école juive. Le terroriste fut abattu lors d’un assaut à son domicile le 22 mars 2012. Cette affaire d’une violence extrême toucha le monde entier, et terrorisa la France trois ans avant l’attentat à Charlie Hebdo.

L’affaire ne semblait en revanche pas avoir eu de réelles répercussions sur le déroulement de la présidentielle 2012. Un responsable de la campagne de François Hollande avait alors déclaré: « on a juste l’impression que la campagne se déroule mécaniquement, un peu en marge de la vie réelle. »