Clare Hollingworth.
Clare Hollingworth. - Facebook/Celebrate Clare Hollingworth

Elle avait eu le « scoop » de l’invasion de la Pologne par l’Allemagne en 1939. La correspondante de guerre britannique Clare Hollingworth est décédée mardi à l’âge de 105 ans à Hong Kong, où elle vivait depuis plus de 30 ans.

« Nous avons la tristesse d’annoncer qu’après une carrière illustre s’étendant sur un siècle d’actualités, la correspondante de guerre Clare Hollingworth est morte ce soir à Honk Kong », a annoncé sa famille dans un communiqué publié sur Facebook.

La journaliste a travaillé sur nombre de théâtres de guerre du XXe siècle, du Vietnam à l’Algérie en passant par le Proche-Orient, l’Inde, le Pakistan et la Chine durant la Révolution culturelle. Mais elle a marqué les esprits avant tout pour son scoop à l’aube de la Seconde guerre mondiale en 1939, alors qu’elle n’était qu’une débutante.

« S’il y a une guerre et si le monde le veut, j’aimerais la couvrir »

A 27 ans, elle travaillait depuis une semaine en Pologne pour le Daily Telegraph quand elle fut la première à annoncer l’invasion allemande. Utilisant la voiture d’un diplomate britannique pour traverser la frontière germano-polonaise, la journaliste aux faux airs de Mata Hari repéra des centaines de chars allemands et de voitures blindées prêts à envahir la Pologne.

Trois jours plus tard, le 1er septembre, réveillée par le vrombissement de l’aviation nazie au-dessus de Katowice, ville polonaise proche de la frontière, elle appela l’ambassade britannique à Varsovie pour annoncer le début de la guerre. Comme ses interlocuteurs ne la prenaient pas au sérieux, elle tendit le combiné hors de sa fenêtre pour leur faire entendre le vacarme des tanks nazis entrant dans la ville. « S’il y a une guerre et si le monde le veut, j’aimerais la couvrir », avait-elle encore confié en 2009 à l’Agence France Presse.

Clare Hollingworth avait fêté ses 105 ans à Hong Kong, le 10 octobre 2016.
Clare Hollingworth avait fêté ses 105 ans à Hong Kong, le 10 octobre 2016. - Anthony WALLACE / AFP

 

« J’aime l’action, j’aime être à bord d’un avion qui bombarde »

Clare Hollingworth fut aussi l’auteure du scoop sur la défection de l’agent double britannique Kim Philby en Union soviétique en 1963. « J’aime l’action, j’aime être à bord d’un avion qui bombarde, ou être au sol dans le désert lorsqu’une armée progresse », aimait-elle raconter. En 1946, elle échappa de peu avec son mari à l’explosion de l’hôtel King David à Jérusalem, qui fit 91 morts.

Sa carrière fit d’elle un modèle pour toute une génération de correspondants de guerre. Née en 1911, cette globe-trotter se maria deux fois et n’eut pas d’enfants. En octobre, en dépit de sa santé chancelante, elle avait fêté comme tous les ans son anniversaire au Club des correspondants de presse de Hong Kong, dont elle était une habituée depuis son installation définitive dans cette ville en 1981, après avoir été en poste à Pékin.

Mots-clés :