Logo d'iTélé
Logo d'iTélé - Michel Euler/AP/SIPA

Canal + a mis sur pied un nouveau comité d’éthique pour iTélé, qui était réclamé par les salariés lors de leur grève historique et dont l’absence avait été déplorée par le CSA, a indiqué le groupe ce mardi confirmant des informations de Libération.

>> A lire aussi: iTélé: Comprendre la grève en quatre points

Un manque d’indépendance ?

Une annexe à la convention d’iTélé portant mention de ce comité devrait être publiée ce mardi par le CSA, qui selon une source proche n’est pas convaincu par sa composition.

« Ce n’est pas nécessairement le comité dont on rêve, on acte plus qu’on ne valide », a commenté une source proche du CSA, qui estime que ce comité est trop restreint et regrette que ses membres soient déjà dans la galaxie Canal.

Le comité d’éthique sera composé de Jacqueline de Guillenchmidt, magistrate qui a siégé au Conseil constitutionnel et ex-membre du CSA, Michèle Reiser, réalisatrice et ancienne du CSA et Laurent Le Mesle, premier avocat général près de la Cour de cassation et ancien conseiller de Jacques Chirac.

Les deux premières sont déjà membres du comité d’éthique de Canal +, mis en place début 2016 à la demande du CSA et dont deux membres se sont depuis désistés après des accusations de conflit d’intérêts.

Une des rares concessions accordée par la direction

La chaîne d’info en continu n’avait plus de comité d’éthique depuis que deux de ses trois membres avaient démissionné en septembre 2015, pour protester contre le licenciement brutal des deux dirigeantes de la chaîne par Vincent Bolloré, patron de Canal +.

Lors de leur grève historique en octobre et novembre, qui a vu partir plus de la moitié de la rédaction, les salariés d’iTélé réclamaient des garanties d’indépendance éditoriale, dont la reconstitution d’un comité d’éthique.

A la fin de la grève, c’est l’une des rares concessions que leur avait accordée la direction, sachant que cette disposition est par ailleurs prévue par la loi Bloche. Le CSA avait déploré l’absence de comité d’éthique au sein d’iTélé et averti début novembre que, faute de remédier à ce manquement, iTélé s’exposait à des procédures de sanction.

Selon Libération, le nouveau comité d’éthique a tenu sa première réunion le 30 novembre.

Mots-clés :