En 2016, 57 journalistes ont été tués dans le monde, dont 19 en Syrie

MEDIAS Cette baisse significative par rapport à 2015 (67 journalistes tués) s'explique par le fait que de plus en plus de journalistes fuient les pays devenus trop dangereux, selon RSF...

20 Minutes avec AFP

— 

Le journaliste de l'AFP Sammy Ketz à Maalula, en Syrie, le 18 septembre 2013.

Le journaliste de l'AFP Sammy Ketz à Maalula, en Syrie, le 18 septembre 2013. — ANWAR AMRO / AFP

Une baisse qui n’est pas forcément rassurante. Cinquante-sept journalistes ont été tués dans le monde en 2016 en raison de leur profession, contre 67 en 2015, notamment dans les pays en guerre, selon le bilan annuel de Reporters sans frontières (RSF) publié lundi.

« Cette baisse significative s’explique par le fait que de plus en plus de journalistes fuient les pays devenus trop dangereux : la Syrie, l’Irak, la Libye, mais encore le Yémen, l’Afghanistan, le Bangladesh ou le Burundi sont devenus en partie des trous noirs de l’information où l’impunité règne », explique l’ONG.

>> A lire aussi : La Turquie, «plus grande prison du monde pour les journalistes» selon Reporters sans Frontières

La Syrie est devenue un « enfer » en 2016 avec 19 journalistes tués, suivie de l’Afghanistan (10 tués), du Mexique (9), de l’Irak (7) et du Yémen (5), souligne l’ONG. Neuf « journalistes-citoyens » (blogueurs) et huit collaborateurs des médias ont également été assassinés cette année, soit au total 74 journalistes tués « pour avoir exercé leur mission d’information », écrit RSF dans son bilan annuel. La quasi-totalité des journalistes ont été tués dans leur propre pays, sauf quatre qui ont perdu la vie alors qu’ils se trouvaient dans un pays étranger.

La Syrie et le Mexique, pays les plus meurtriers au monde pour les journalistes

Avec 19 victimes en 2016 contre 9 en 2015, la Syrie est devenue le pays le plus meurtrier au monde pour les journalistes. Parmi ces victimes, Osama Jumaa, photoreporter de 19 ans pour l’agence britannique Images Live, a été tué le 5 juin alors qu’il couvrait une opération de secours à la suite de bombardements dans un quartier résidentiel d’Alep.

>> A lire aussi : Pourquoi la France est-elle aussi mal classée dans le classement pour la liberté de presse de RSF ?

Avec neuf journalistes assassinés en 2016, le Mexique demeure le pays le plus meurtrier d’Amérique pour la profession, souligne RSF. C’est aussi le pays en paix le plus meurtrier pour les journalistes.

Au moins 780 journalistes ont été tués ces dix dernières années en raison de leur profession, selon le décompte de l’ONG.