Des salariés d'iTélé réunis devant le siège de la chaîne à Boulogne, le 7 novembre 2016. AFP PHOTO / Thomas SAMSON
Des salariés d'iTélé réunis devant le siège de la chaîne à Boulogne, le 7 novembre 2016. AFP PHOTO / Thomas SAMSON - AFP

Le conflit à iTélé en passe de trouver une issue ? Ce mercredi, en assemblée générale, les salariés de la chaîne d'info ont voté « la reprise du travail dès la signature de l’accord » avec la direction.

Et cela à l’unanimité « moins deux abstentions », a tweeté Guillaume Auda, l’un des journalistes de la rédaction. La rédaction « perd en même temps une quinzaine de journalistes », a écrit, dans un autre tweet Noémie Schulz, reporter au service police-justice d’iTélé, avant de préciser que « ces derniers jours, 25 journalistes ont annoncé leur départ ».

Le journaliste politique Jean-Jérôme Bertolus et le grand reporter Guillaume Auda font partie des figures de la chaîne qui s’apprêtent à partir d’iTélé.

Un bras de fer historique

Les grévistes mettent donc fin à un bras de fer entamé il y a un mois, via une mobilisation qui est devenue la plus longue de l’histoire de l’audiovisuel depuis Mai-68.

« Nous n’avons pas obtenu le retrait de Jean-Marc Morandini (…) Mais nous avons obtenu des garanties sur l’indépendance de la rédaction. Une charte éthique sera rédigée, dans le cadre de la loi Bloche, dans les quatre mois », écrivent les salariés dans un texte publié sur le site Les Jours.

Après avoir rencontré lundi les ministres du Travail et de la Culture, la direction du groupe Canal +, auquel appartient iTélé, a annoncé la nomination prochaine d’un directeur adjoint pour seconder Serge Nedjar, qui cumule les fonctions de directeur général et de directeur de la rédaction et la mise en place d’un protocole d’accord. La fin de la grève est donc conditionnée à ce dernier.

Mots-clés :