Affaire Morandini: Concept, nudité, audience... Qu'est-ce que la web série «Les Faucons»?

POLEMIQUE Quasiment personne ne l’a regardée mais ce mercredi, cette série réservée au Web défraye la chronique…

Fabien Randanne

— 

Image extraite de l'épisode 2 de la web-série «Les Faucons».

Image extraite de l'épisode 2 de la web-série «Les Faucons». — NZPP

Jusqu’à la publication d’une enquête dans Les Inrocks ce mercredi, quasiment personne n’en avait entendu parler. La web-série Les Faucons, produite par une société dirigée par Morandini, est au cœur de la polémique qui implique le journaliste. En cause : des pratiques scabreuses qui seraient survenues au moment du casting. Plusieurs candidats auraient été poussés à s’exhiber nus, et même à se masturber, dans l’espoir de décrocher un rôle. Voici ce que l’on sait sur cette série désormais presque invisible (et qui ne mérite même pas d’être vue).

  • Quel est le concept de la série ?

« Les Faucons c’est la nouvelle Web série qui va faire parler ! La vie de d’une équipe de foot racontée sans tabou : famille, amour, sexe… » Voilà comment le compte Twitter de la série tentait d’appâter le chaland en février. Un membre de l’équipe technique a déclaré aux Inrocks que Jean-Marc Morandini l’avait présenté comme un projet « sur les jeunes et sur la nudité sans tabou ».

Les tournages des quatre premiers épisodes se sont étalés entre septembre 2015 et février 2016, mais seuls les trois premiers, qui durent chacun à peine dix minutes, ont été mis en ligne. Ce mercredi, seul l’épisode 2, dans sa version « interdite aux moins de 12 ans », était encore visible sur Dailymotion.

  • Qui se cache derrière Les Faucons ?

La web-série est produite par Ne Zappez Pas, une boîte gérée par Jean-Marc Morandini. Le réalisateur est un certain Hugo Manero qui serait âgé de tout juste 20 ans. Mais il s’agirait d’un pseudonyme, à en croire le comédien Jonathan Louis qui a témoigné auprès du Parisien. Selon Les Inrocks, Kévin Vatant, rédacteur en chef du blog de Morandini, qui se défend d’être partie prenante des Faucons, serait à plusieurs reprises entré en contact avec les comédiens pour leur faire passer scénarios et notes de service.

  • Ça raconte quoi ?

A en juger par le seul épisode encore en ligne, le résultat est des plus amateurs. Le jeu des acteurs est bancal, les répliques sont indigentes et la mise en scène inexistante. Il commence par une scène d’entraînement avec la nouvelle coach qui traite les jeunes footballeurs de « fiottes » tout en déplorant leurs résultats catastrophiques. Elle demande à l’un des joueurs de tirer dans le ballon en visant l’entrejambe d’un coéquipier… Suit une séquence de nudité frontale sous la douche, impliquant quatre acteurs. Un peu plus tard, on peut voir l’un des jeunes hommes se masturber sous ses draps. D’après Les Inrocks, il existe une version privée à laquelle ont ne peut accéder qu’avec un code et qui montre le même comédien se masturber sans feindre l’acte. En dehors de ces séquences de nudité ou de sexe, se trouvent des scènes plus (le gardien de l’équipe sniffant de la coke, une bagarre…) ou moins (une discussion entre la coach et son fils) banales.

  • Ça ressemble à quoi ?

Le résultat est très médiocre. La scène de douche semble sortie d’un porno des années 1980, comme un ersatz de film de Jean-Daniel Cadinot. Sur Twitter, la promo insistait sur la dimension sexy en optant pour des formules telles que « la Web série télé [sic] qui ose ! » ou le leitmotiv « sans tabou ».

Même Marc Dorcel, célèbre société de production de films pornographiques, y est allée de son tweet.

Les décors, le son, le montage… Tout laisse transparaître le budget faiblard engagé. A un internaute qui se demandait s’il était normal de devoir payer pour voir le premier épisode en intégralité, le community manager a répondu : « Oui, moins de 2 euros [1,99 euros] juste pour rembourser les frais ! Vous serez pas déçu ! »

  • Qu’en disent les comédiens ?

Selon Les Inrocks, la directrice de casting [du moins, la personne qui s’annonçait comme telle] présentait Les Faucons comme une « série destinée dans un premier temps au Net » tout en faisant miroiter aux candidats une possible diffusion à la télévision. Mais aujourd’hui, la plupart regrettent amèrement d’avoir participé à ce projet. « C’est un peu la casserole qu’on espère voir vite enterrée », confie l’un des comédiens à l’hebdomadaire.

Dans une interview accordée à une radio confidentielle, un des autres acteurs, Arnaud Gérard, racontait début juin « avoir beaucoup réfléchi » avant de tourner certaines scènes. Il dit en avoir refusé deux, dont une où il était question d’une « moquerie » envers l’un de ses camarades. Et d’expliquer qu’il a accepté certaines séquences dénudées car « il y a aussi un message à faire passer ». La vidéo, qui était encore en ligne ce mercredi matin, a depuis disparu… Elle avait pourtant été retweetée par le compte Twitter des Faucons.

Un autre comédien, Matthieu Thiery, a quant à lui expliqué à 20 Minutes que « Jean-Marc Morandini n’était jamais là lors des tournages. Et [qu’] il n’a jamais été question de franchir une ligne ». Et d’ajouter : « Tout a toujours été très clair et écrit noir sur blanc, si un acteur refusait une scène, ce n’était pas un problème. » Selon RTL, deux des acteurs, estimant avoir été abusés par la société de production, envisageraient de déposer plainte.

  • Combien de personnes ont vu la série ?

Le compte Twitter crie au succès avec « 15.000 vues » en quelques jours. Mais difficile, voire impossible, d’en avoir la preuve aujourd’hui. Arnaud Gérard, dans l’interview citée précédemment, évoque « 20.000 vues pour chaque épisode ».

L’enquête des Inrocks avance le chiffre de 180 vues pour la version non censurée de l’épisode 2, celle qui est accessible avec un code. La version « interdite aux moins de 12 ans », encore visible sur Dailymotion ce mercredi, frôlait à la mi-journée les 43.900 vues. Mais il faut prendre en compte le fait que de nombreux internautes sont venus voir la vidéo ces dernières heures après les révélations des Inrocks, ce qui a contribué à gonfler l’audience.

En tout état de cause, il est impossible de parler de succès. Les Faucons a été lancée en février dans l’indifférence générale, sans aucun plan promo. Le compte Twitter dispose d’à peine plus de 700 abonnés, signe que le projet n’enthousiasme pas les foules. Seul le blog de Morandini a évoqué la web-série, mais les articles ont depuis été supprimés. Le site officiel a lui aussi été mis hors ligne. Ce n’est pas vraiment ce que l’on appelle assumer la polémique.