L'ancienne présidente de l'Institut national de l'audiovisuel (INA), Agnès Saal au siège de l'INA, le 31 juillet 2014 à Bry-sur-Marne, dans l'est de Paris
L'ancienne présidente de l'Institut national de l'audiovisuel (INA), Agnès Saal au siège de l'INA, le 31 juillet 2014 à Bry-sur-Marne, dans l'est de Paris - Dominique Faget AFP

En avril 2015, un an après sa prise de fonction à la tête de l’Institut national de l’audiovisuel (INA) elle avait dû démissionner face au scandale. Ce lundi, Agnès a été exclue de la fonction publique pour deux années, dont six mois ferme. Cette sanction administrative décidée par le président de la République, a été officialisée lundi par le ministère de la Culture.

Visée par deux enquêtes

Elle aurait dépensé plus de 40.000 euros de frais de taxis, payés par l’Ina. Parmi cette somme, 6.700 euros concerneraient des courses commandées par son fils qui disposait de son code de réservation auprès de G7. Agnès Saal fait aussi l’objet d’une enquête sur 38.000 euros de notes de frais alors qu’elle dirigeait le Centre Georges-Pompidou, à Paris.

Dans le cadre de l'enquête sur ses frais de taxis, elle avait une nouvelle fois été mise en garde à vue le 4 décembre.

Mots-clés :