Patrick Cohen découpe sa carte de presse à l'antenne, le 10 mars 2015
Patrick Cohen découpe sa carte de presse à l'antenne, le 10 mars 2015 - France Inter

«Est-ce qu'on va entendre le bruit des ciseaux qui mordent dans le plastique?» Ce mardi matin dans son billet de 7h43, le matinalier de France Inter a découpé sa carte de presse en direct, en soutien à sa consœur Pascale Clark à laquelle il a passé le relais chaque matin de 2010 à 2014 quand elle présentait après lui, de 9h à 10h, Comme on nous parle. Depuis la rentrée dernière, Pascale Clarke présente A’Live, tous les soirs de 21h à 23h, et lundi soir, c’est une «DJ Clark» en colère qui a remplacé l’animatrice.

Celle-ci venait en effet d’apprendre que sa carte de presse lui avait été retirée, pour deux motifs: parce qu’elle dispose d’un statut d’intermittente du spectacle en sa qualité de productrice de l’émission –«mais ce n’est pas nouveau», souligne Patrick Cohen, et parce que sa nouvelle émission n’aurait pas de «caractère d'émission d'information», selon la Commission de la Carte d'Identité des Journalistes Professionnels. Pascale Clarke a donc décidé pour protester d’enchaîner les morceaux de musique: «DJ, il paraît qu'on peut exercer sans carte professionnelle.»

«Voilà trente ans que l'on fait le même métier avec Pascale Clark»

«Des interviews, des chroniques, des reportages d'actualité avec des invités d'actualité (...) Vous appelez ça comment, Mesdames et Messieurs de la commission de la carte? Des variétés?» s'est indigné Patrick Cohen, en lançant: «Voilà trente ans que l'on fait le même métier avec Pascale Clark: journaliste, qui n'est pas un statut. C'est un métier et on va continuer à faire le même moyennant une petite remise à niveau. Moi, c'est 56.728. Enfin, c'était.» Des ciseaux et «voilà, une carte de presse coupée en deux et qui part à la poubelle. Une bonne chose de faite.»

Sur Twitter, un journaliste fait remarquer que la plupart des journalistes vont recevoir début avril leur nouvelle carte de presse (ils en reçoivent une nouvelle chaque année): 

Mots-clés :