Capture d'écran du site de «Elle» annonçant le lancement de «Elle académie»
Capture d'écran du site de «Elle» annonçant le lancement de «Elle académie» - elle.fr
Benjamin Chapon

«Scandale», «foutage de gueule», «délire»… Si le magazine «Elle» comptait sans doute sur le lancement de sa «Elle académie» pour faire parler de lui, il n’en attendait sans doute pas tant.

Depuis mercredi, sur le site de «Elle», une offre invite les journalistes en herbe qui «débordent de motivation, d’idées et d’énergie» à candidater pour constituer une escouade de douze stagiaires dans les différents services du magazine.

«Le bon profil» est un «foutage de gueule»

Ce stage de six mois (les postulantes doivent fournir une convention de stage) est rémunéré mais les conditions, ce que «Elle» appelle «Le bon profil», font violemment réagir les internautes sur le site même du magazine.

L’annonce stipule notamment qu’en plus de grandes qualités personnelles et professionnelles (plusieurs expériences professionnelles antérieures sont souhaitées), les postulantes doivent sortir d’écoles prestigieuses. Le service people recherche par exemple une stagiaire qui ait fait la Femis, l’une des écoles de cinéma les plus cotées au monde.

Réactions amères

«J'ai 25 ans depuis une semaine, ex-khâgneuse, diplômée d'une école de cinéma, photographe, blogueuse. Je crois que j'ai tout bon. Et vous croyez vraiment qu'après avoir trimé pour gagner ma vie, je vais me retrouver sous la coupe d'une connasse de votre rédaction?», s’interroge ainsi Madador.

 «Ne vous bradez pas, ne postulez pas, n'encouragez pas ce genre de pratique», écrit Marion Ponpon en commentaire de l’article.

Sur Twitter également les réactions amères sont nombreuses.