Christophe Barbier.
Christophe Barbier. - BALTEL/SIPA

La semaine dernière, la Société des Journalistes de L’Express a émis de lourdes réserves sur la une de l’hebdomadaire et sur le contenu du magazine, en des termes particulièrement défiants envers le directeur de la rédaction, Christophe Barbier, dans un communiqué interne auquel 20 Minutes a eu accès. Rédigé la semaine dernière, il dénonçait «une interview de Bernard Tapie, réalisée par le directeur de la rédaction une semaine après la couverture publiée précisément sur Bernard Tapie et l’affaire de l’arbitrage, dans laquelle l’intéressé avait refusé la publication de ses réponses». Il jugeait aussi «la couverture avec Marcela Iacub» «surprenante», alors que Christophe Barbier avait «expliqué sur les plateaux de télévision que jamais L’Express n’aurait fait sa une sur le livre». Un remous qui fait écho à un autre. Il y a quinze jours, c’était la Société des rédacteurs du Nouvel observateur qui exprimait son désaccord face au traitement réservé à l’ouvrage de Marcela Iacub et  à DSK. 

La société des journalistes -qui contactée par 20 Minutes n’a pas souhaité en dire davantage- concluait dans le communiqué d’un: «Christophe Barbier aime à rappeler qu’un journal, c’est un directeur et une rédaction. Or cette rédaction a le sentiment, une fois de plus, de ne pas être entendue par son directeur.» En novembre dernier, déjà, elle avait réagi après une couverture sur le «vrai coût de l’immigration».

Triste anniversaire

A quelques mois des 60 ans de L’Express, d’une éventuelle nouvelle formule, et à l’heure d’une réorganisation de la rédaction, d’un plan social dans le groupe Express-Roularta, le climat est, comme dans de nombreuses rédactions de presse écrite, tendu. «Anxiogène et fin de règne», lancent certains membres de la rédaction. Sollicité pour commenter cet affrontement, Christophe Barbier n’a pas voulu répondre.

Mots-clés :

  • Aucun mot-clé