«True Blood», «Game of Thrones», «Grey’s Anatomy»: Regarder des séries en couple, un enfer?

TELEVISION Regarder des épisodes en douce parce qu’on n'a pas la force d’attendre, ou se réserver pour un visionnage en couple? Récits de petits mensonges et grandes histoires de séries en couple…

Alice Coffin

— 

L'acteur américain Joe Manganiello dans la saison 5 de "True Blood".

L'acteur américain Joe Manganiello dans la saison 5 de "True Blood". — HBO

«Les séries c’est comme le cul, y a celles que tu regardes à deux et celles que tu te gardes pour un petit plaisir solitaire.» A force de regarder des séries, Anne-Emilie a le sens de la réplique. Comme elle, de nombreux fans de séries doivent jongler pour marier, plus ou moins bien, visionnage intensif et vie de couple.

«Six feet under» ciment télévisuel

Le producteur Nicolas Ruffault en a même fait un documentaire pour Arte radio, «L’amour en séries». «J’avais un ami dont l’histoire d’amour s’était en partie construite grâce à des séries, et qui se retrouve finalement dans une situation de couple compliquée à cause d’elles.» Son personnage raconte comment «Six feet under» fut d’abord «un ciment télévisuel» avec sa «chérie», avant qu’il déserte leur chambre et devienne trop fatigué le matin pour s’occuper des enfants, car il lui fallait sa «dose», en solitaire cette fois, avant de se coucher.

Un plaisir solitaire et de couple

Le sociologue Hervé Glevarec a exploré cette problématique dans La sériephilie. Sociologie d'un attachement culturel dans un chapitre intitulé «Un plaisir solitaire et de couple: regarder les séries». «Il y a un plaisir quasi masturbatoire à regarder les séries en solitaire alors que par exemple des activités, comme le cinéma, se pratiquent plus traditionnellement à deux, explique-t-il à 20 Minutes. Dans le même temps, les séries ont aussi apporté de nouvelles expériences de vivre ensemble aux couples séparés dans la journée. Regarder une série à deux rapproche plus que lire chacun de son côté.»

«Grey’s Anatomy» en solo, «The Wire» en duo

Si Anne-Emilie explique «avoir développé une consommation personnelle pour tenir quand il n’est pas là» et regarder alors «des séries perso, comme "Grey’s Anatomy" ou "True Blood" et se réserver pour "The Wire" avec lui», d’autres en viennent au mensonge pour avoir leur dose. «Avec Baptiste, on était tous les deux de grands consommateurs de séries, raconte Alexandre. Au début on regardait tout ensemble, il était tacitement interdit de faire autrement. Un jour, j'ai regardé en vacances le premier épisode de la saison 4 de «True Blood» en faisant jurer à mes amis de ne rien lui dire. Quelques mois plus tard, il m'a annoncé qu'il avait vu toute la saison sans moi pendant que j'étais en reportage. Ça a débloqué un peu la situation, il y a des séries qu'on avait le droit de regarder séparément!»

Mentir pour pouvoir regarder «Twin Peaks» ou «Game of Thrones» tranquille

Mêmes subterfuges chez Catherine et Jérôme. «Tout a commencé avec "Twin Peaks", se souvient Catherine. J’étais convaincue, lui pas. Il a fallu argumenter. Mais alors après ça a été un enfer pour réussir à le regarder ensemble! Jérôme avait beaucoup de déplacements professionnels. Ce que je ne lui disais pas c'est qu'en son absence j'étais incapable de résister à la tentation de regarder un épisode en douce. Du coup, obligée de simuler la surprise et l'ignorance totale à son retour quand nous regardions l'épisode en question ensemble.» Un peu plus tard Catherine découvrira que Jérôme feignait lui aussi la surprise devant «Game of Thrones» qu’il s’était déjà enfilé pendant ses insomnies!

«Breaking Bad» et le casque

Pourtant, pour peu que ces questions de logistique et d’addiction se règlent, «regarder des séries ensemble peut grandement contribuer à l’histoire du couple», explique Hervé Glevarec. Après ces différents épisodes, Alexandre affirme par exemple «avoir eu une vraie discuss’ de couple avec Baptiste sur le fait que certains soirs j’allais regarder mes séries pendant qu’il ferait autre chose. Cela a été un moyen de faire la transition d’une vie de couple fusionnelle à une vie où chacun faisait des trucs de son côté». Catherine qui expérimente actuellement un visionnage commun de «Breaking Bad» avec Jérôme conclut «désormais, il y a une transparence. On se dit j’ai deux épisodes d’avance sur toi, regarde-les, moi je bouquine pendant ce temps, par contre tu peux mettre le casque?»

Mots-clés :

Aucun mot-clé.