Les Bouches-du-Rhône sous la menace des incendies

1 contribution
Publié le 25 juillet 2012.

SECHERESSE – Avec le thermomètre qui continue de grimper et le vent qui risque de se lever, le département est placé en état d'alerte...

Sévère, voire très sévère. Le niveau de risque d'incendie dans certaines zones du département des Bouches-du-Rhône a atteint 4 à 5 sur une échelle qui va de 1 à 6. Le risque n'est donc pas maximum mais il est déjà à un niveau inquiétant dans certaines régions où la sécheresse sévit depuis plusieurs mois comme dans cette zone qui va de Trets, dans l'est du département, jusqu'à Aix-en-Provence. Depuis le mois de juin, pas une goutte de pluie, du soleil et des températures élevées. Ne manque plus que le vent.

 

Attaque du feu naissant

 

On n'est pas passé loin de la catastrophe le week-end du 21 et 22 juillet. Avec des températures allant jusqu'à 35°C et des vents de Nord-Ouest atteignant les 70km/h, jusqu’à 90km/h en rafale, les Bouches-du-Rhône n'étaient pas loin de s'embraser. Des départs d'incendie ont été signalés à Istres, Trets, Miramas, la Destrousse, Roquevaire, Martigues, Ensuès-la-Redonne, Port Saint-Louis et la Ciotat.

Le pire a pu être évité grâce au dispositif mis en place par le service départemental d'incendie et de secours (SDIS 13), qui avait prépositionné 30 groupes d’intervention sur l’ensemble des Bouches-du-Rhône, soit 600 pompiers, 150 véhicules, un avion de surveillance et des hélicoptères bombardiers d'eau. Jusqu'à présent, la stratégie dite d'attaque de feu naissant, qui mobilise une force de frappe aérienne et terrestre pour étouffer les premières flammes, s'avère payante.

 

L'armée en renfort

 

En cas de mistral, les pompiers reçoivent en renfort des soldats des armées de terre et de l'air. Au total, 210 militaires, 3 hélicoptères et 80 véhicules sont placés en état d'alerte dans 15 départements du sud de la France. Une partie de ce dispositif a d'ailleurs été utilisée dans les Pyrénées-Orientales puis en Catalogne.

Dans les Bouches-du-Rhône, une dizaine de ces soldats sont mobilisés quotidiennement. «Il sillonne les chemins forestiers avec les pompiers professionnels», explique le commandant Aline Simon, de l'état-major interarmées de la zone de défense Sud basé à Marseille. C'est une mission de surveillance et d'alerte. Ils ne partent pas au contact du feu. Ce n'est pas leur métier.»

 

Du vent dimanche

 

Malgré ce dispositif, le risque d'un feu majeur «à la Catalogne» n'est pas écarté. «En ce moment, il y a des départs de feux tous les jours, soupire le lieutenant-colonel Jean-Pierre Squillari, chef du groupement des feux de forêt du SDIS 13. Pour l'instant, on les maîtrise. Mais plus on avance dans la saison, plus la sécheresse s'installe et plus les éclosions de feux augmentent.» Depuis le 1er juin, 58 feux ont brûlé 42 hectares de végétation dans les Bouches-du-Rhône, précise-t-il: «Météo France nous annonce un coup de vent pour dimanche. S'il ne pleut pas d'ici là, ça risque d'être compliqué.»

Mickaël Penverne
Mots-clés
Newsletter
BREAKING NEWS

Recevez nos alertes
info en temps réel

publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr