L'archipel du Frioul à Marseille.
L'archipel du Frioul à Marseille.

Mickaël Penverne

Depuis dix-huit ans, le Raid Littoral 13 propose de découvrir les Bouches-du-Rhône d'une autre façon: en kayak, loin de tout esprit de compétition, entre rivière et mer. La prochaine édition de cette «course» démarre le 6 août de Tarascon. Les concurrents descendront le Rhône jusqu'à Arles puis Port-Saint-Louis. Ils prendront ensuite la mer, direction Fos-sur-Mer, Sausset-les-Pins, Ensuès-le-Redonne, Marseille, les îles du Frioul, la calanque de Sormiou et la Ciotat.

Un sport relaxe

Au total, sept jours de ballade et 210km, avec des étapes de 15 à 45km. Pour se reposer, bivouacs tous les soirs. Ce n'est pas Koh Lanta ni Pékin Express mais c'est déjà une belle épreuve d'endurance. Pour y participer, il faut donc être licencié dans un club. Mais le Raid Littoral 13 ne délivre aucun trophée, ni classement. «Arriver à faire 45km dans une seule journée, c'est déjà une compétition, sourit Albert Tobelem, président du comité départemental de canoë-kayak. Surtout quand on se prend le vent de face.»

Les participants viennent de toute la France: Bretagne, Alsace, région parisienne… Le Raid permet de découvrir en effet un des plus beaux littoral de l'Hexagone. «Tous ceux qui sont venus reviennent ensuite dans la région», explique Sixtine Malaterre, championne du monde de kayak par équipe en descente classique. «Le kayak est un sport très agréable, proche de la nature et qui offre des panoramas que l'on n'a pas l'habitude de voir», renchérit Denis Gargaud, champion du monde de canoë monoplace.

«Je n'avais pas pensé aux JO»

Les collectivités locales (Conseil général, mairie de Marseille et Conseil régional), qui financent en grande partie l'épreuve, attendent des retombées économiques du Raid. «C'est un bon vecteur pour la région, explique Joël Canapa, élu (PS) au conseil régional. Le sport représente 2% du PIB français. C'est de l'économie, des emplois. Et en ce moment, tout est bon à prendre.»

Seul bémol cette année: les Jeux Olympiques de Londres. Le Raid Littoral 13 est organisé au même moment. A moins que ce ne soit l'inverse. «Je n'y avais pas du tout pensé, avoue penaud Albert Tobelem. Je ne pensais que cela allait bloquer les gens.» Résultat, il reste encore quelques places. «Il manque entre 8 et 10 personnes.» Avis à ceux qui veulent découvrir la région autrement et qui aiment... un peu souffrir.