À chaque contrôle de bateau, les policiers vérifient les papiers et l'équipement obligatoire.
À chaque contrôle de bateau, les policiers vérifient les papiers et l'équipement obligatoire. - p. magnien / 20 minutes

mickaël penverne

L'été arrive, et bientôt la rade de Marseille sera aussi fréquentée que les grands boulevards un jour de soldes. Baigneurs, plaisanciers, plongeurs, pêcheurs, windsurfeurs, kitsurfeurs, conducteurs de jet-ski... Ils vont tous vouloir profiter de la Méditerranée en même temps. En prévision de cette affluence, l'unité de sécurité et de prévention du littoral (USPL) a choisi de communiquer mercredi sur le dispositif qu'elle déploie pendant la saison estivale.

Imprudence fatale
Nous embarquons à bord d'un des deux bateaux de la brigade nautique. Direction : l'entrée du port de Marseille. Sur la terre ferme, en contrebas du Pharo, un policier pointe son radar sur tous les bateaux qui entrent et sortent. Dès qu'une embarcation dépasse la limitation de vitesse, 5 nœuds, il prévient ses collègues sur les Zodiac qui l'interceptent. En 2011, les policiers ont effectué une vingtaine de retraits de permis de conduite et dressé environ 170 PV. « À 90 %, les gens de mer sont respectueux de la réglementation, explique le major Philippe Brunetti. Les 10 % qui restent, ce sont souvent des gens qui louent des bateaux ou des jet-skis et qui conduisent ça comme des voitures. » La mer, comme la route, peut être fatale. L'année dernière, un nageur est mort, en face la plage de la Corbière (16e), après avoir été percuté par un bateau. « Il s'était trompé, se souvient Philippe Brunetti. Il croyait entrer dans le port alors qu'il se trouvait dans la zone des baigneurs. »

réglementation

Dans les 300 mètres qui bordent le littoral, la vitesse de toutes les embarcations est limitée à 5 nœuds, soit environ 10 km/h. Ceux qui la dépassent peuvent se voir infliger une amende qui va de 38 à 3 750 euros, en fonction de la gravité de l'infraction. Le permis de conduire peut être également suspendu, voire annulé.