Jean-Noël Guérini n'est pas près de tomber de son piédestal.
Jean-Noël Guérini n'est pas près de tomber de son piédestal.

mickaël penverne

Jean-Noël Guérini a retrouvé le sourire. Le conseil général des Bouches-du-Rhône a adopté lundi une vingtaine de délibérations, dont le compte administratif 2011. L'ensemble est passé comme une lettre à la poste. À trois exceptions près.

« Aux socialistes de se bouger »
En mars dernier, lors du vote du budget primitif, c'était une toute autre histoire. Le scrutin, qui s'était déroulé à bulletin secret, avait donné des sueurs froides à Jean-Noël Guérini, mis en examen pour association de malfaiteurs, prise illégale d'intérêts et trafic d'influence. Alors que des rumeurs le donnaient minoritaire dans son propre camp, le budget avait finalement été adopté avec 32 voix. Une victoire à la Pyrrhus pour le sénateur qui avait été élu à la tête de l'institution un an plus tôt avec 40 voix... Retour au calme, lundi. Mais trois voix ont encore manqué à la majorité. Celles de Marie-Arlette Carlotti (absente pour cause de séminaire gouvernemental à Matignon), Michel Pezet et Janine Ecochard, qui se sont abstenus. « Pas par défiance à l'égard de l'administration ou les services, mais par souci de cohérence politique », a soulevé cette dernière. « Très bien, nous félicitons le trio habituel ! », a ricané Jean-Noël Guérini. Si du côté de l'UMP, quelques-uns ont salué les « rebelles », du côté des communistes, qui demeurent des partenaires fidèles de Jean-Noël Guérini, pas un mot de soutien. « Le président du conseil général, c'est comme le président de l'Assemblée nationale, souffle un des élus. S'il doit changer, on s'adaptera. Mais ce n'est pas à nous de le faire, c'est aux socialistes de se bouger ». Or, visiblement, du côté du PS, ce n'est pas encore la tendance : « Aujourd'hui, tout le monde est d'accord pour dire qu'on s'en occupera plus tard », explique-t-on dans les couloirs du parti, rue Montgrand (6e). La solitude du « trio habituel » risque donc de se prolonger au conseil général.

hommage

La séance de lundi s'est ouverte par un hommage à Didier Garnier, conseiller général du canton de Sainte-Marguerite, décédé il y a un mois. « Notre département perd avec lui un homme sensible », a déclaré Jean-Noël Guérini.