La mairie de Marseille sera la prochaine bataille en 2014.
La mairie de Marseille sera la prochaine bataille en 2014.

mickaël penverne

Les élections législatives ont inversé l'horloge politique marseillaise. Avec quatre députés, le Parti socialiste domine désormais l'UMP, qui ne compte que trois élus, et se trouve en position très favorable pour les élections municipales de 2014. Officiellement, personne n'y songe et on promet que « le temps n'est pas encore venu ». En réalité, la bataille a déjà commencé.

« Un moment compliqué »
A gauche, les mieux placés sont les deux grands gagnants de dimanche : Patrick Mennucci (70,51 %) et Marie-Arlette Carlotti (51,81 %). Le premier n'a jamais caché ses ambitions pour la mairie. Il a désormais la légitimité pour tenter de rassembler son camp autour de lui. « Je pense remplir les conditions pour être candidat », confirme-t-il. La seconde, désormais ministre à temps plein, a également conquis ses galons de prétendante. De son côté, Eugène Caselli, président de la communauté urbaine, pourrait jouer le troisième homme de cette compétition interne au PS. Du coup, des primaires pourraient être organisées : « Ce serait la solution la plus simple », explique Patrick Mennucci. A droite, en attendant que Jean-Claude Gaudin, l'actuel maire, sorte de son silence, Guy Teissier sort renforcé de ces élections. Pas seulement parce qu'il les a gagnées (42,45 %) mais aussi parce que son principal concurrent à droite, Renaud Muselier, a été battu (48,19 %). « Après avoir perdu la région [en 2004] puis la communauté urbaine [en 2008], c'est maintenant la députation... Cela commence à faire beaucoup, ironise-t-on dans l'entourage du député. Parmi les proches de Renaud Muselier, on admet vivre un « moment compliqué ». Difficile de faire autre chose que le dos rond : « C'est un passage de la vie politique. Il y en aura d'autres. L'aventure continue ». Vaille que vaille.Lire aussi p. 8 et 10

précision

Contrairement à ce que nous avons écrit dans notre édition de lundi, Joëlle Melin, n'était pas la candidate socialiste dans la 9e circonscription mais la candidate du Front national. Elle a été battue par le député sortant UMP Bernard Deflesselles.