La ville compte 32 librairies, comme celle de l'Arbre, à la Plaine.
La ville compte 32 librairies, comme celle de l'Arbre, à la Plaine. - p. magnien / 20 minutes

mickaël penverne

La 4e édition du festival du livre de la Canebière, qui s'est déroulée le week-end dernier, a attiré entre 3 000 et 4 000 personnes, confirmant que le bouquin, contrairement aux clichés, a toute sa place à Marseille.Selon l'Agence régionale du livre, la ville compte 56 maisons d'édition, dont une dizaine est véritablement professionnelle : Agone, Le Mot et le reste, Images en manœuvres, Wildproject, le Bec en l'air, Parenthèses, Même pas mal…

« Il est plus facile d'exister à Paris »
Toutes ces entreprises, dont le travail est reconnu au plan national, sont nées sur le cours Julien, à la Plaine ou à la Belle de mai. La plupart sont des petites structures qui emploient une poignée de salariés et ont été fondées par des néo-marseillais. Comme Yves Jolivet, patron du Mot et le reste, d'origine bretonne : « Dans ce milieu, il y a beaucoup d'individualités. Ce qui correspond bien au profil général de la ville qui est plutôt individualiste. » Etre éditeur ici n'est pas non-plus une sinécure. « Il est plus facile d'exister à Paris, souligne Arnaud Bizalion, cofondateur d'Images en manœuvres. Les clichés sur Marseille sont tenaces, que ce soit la pétanque ou les kalach. Ce n'est pas forcément très reluisant. » A l'image de la ville s'ajoute sa sociologie. Pauvre, voire très pauvre. Résultat, le livre n'est pas la priorité pour de nombreuses familles. Selon le classement annuel de Livres Hebdo, la première librairie phocéenne se situait, en 2011, à la 84e position. Avec 2,8 millions d'euros de chiffre d'affaires, Prado Paradis fait ainsi figure de petit poucet. Par comparaison, la Librairie de Provence, installée à Aix, enregistre un chiffre d'affaires d'environ 4,4 millions d'euros. Avec un bassin de population six fois moins important. « Mais ce n'est pas parce que les gens achètent peu de livres qu'ils lisent peu », fait observer Arnaud Bizalion. En 2011, la médiathèque municipal, l'Alcazar, a enregistré 757 000 prêts de livres.