Michèle et sa sœur sourde n'avaient pu monter dans l'avion.
Michèle et sa sœur sourde n'avaient pu monter dans l'avion. - p.magnien / 20 minutes

amandine rancoule

En septembre dernier, 22 personnes, dont 18 sourdes et trois malentendantes avaient reçu l'interdiction de monter dans un avion à destination de la Turquie. La compagnie Hermès, filiale d'Air Méditerranée, avait alors évoqué des raisons de « sécurité ». Le groupe devait effectuer un séjour organisé par le tour-opérateur Fram et acheté auprès de l'agence de voyages Castellane Voyages. C'est cette dernière qui, lundi, a été condamnée par le juge des référés du tribunal de grande instance de Marseille à verser 2 500 € à chaque membre du groupe pour rembourser le voyage et indemniser leur préjudice. L'agence n'a pas souhaité faire de commentaire lundi.

« Ça peut se reproduire demain »
Pour la justice, elle est tenue responsable, faute d'avoir informé le tour-opérateur Fram du handicap de ces personnes. La compagnie aurait ainsi pu augmenter le nombre de personnel de bord. « Ils ont été humiliés, réagi Fabienne, dont la mère était dans le groupe de voyageurs. Les sourds sont des citoyens comme les autres, capables de suivre les mesures de sécurité. » « Je ne suis pas du tout satisfaite, estime Michèle, qui devait accompagner Nicole, sa sœur sourde, en Turquie. La somme d'argent ne compense pas le choc. En plus, seule l'agence a été condamnée alors que c'est la moins coupable à nos yeux. » Pour Gabriel, un malentendant de 67 ans qui a cinq voyages de groupe à son actif « sans aucun problème », « c'est purement de la discrimination ». « Cela n'arrive jamais en France ou même en Europe. Avec ce jugement, on se rend compte que ça peut se reproduire demain : Air Méditerranée peut agir à sa guise », pense-t-il. Regroupé au sein d'un collectif après avoir essayé de se faire rembourser les billets à l'amiable, le groupe de voyageurs devrait prochainement se réunir pour décider d'éventuelles suites judiciaires.

Ministre

Dans un communiqué, Marie-Arlette Carlotti (PS), la ministre déléguée en charge des Personnes handicapées espère « que ce jugement aide la société à prendre conscience de la nécessité de garantir les meilleures conditions d'accueil»