Le Parc ne fait pas l'unanimité.
Le Parc ne fait pas l'unanimité. - P. Magnien / 20 minutes

Nicolas Goinard

La fin d'un serpent de mer. Mercredi, après douze années de concertations, de rebondissements avec, en fond, des guerres politiciennes, le décret créant le Parc national des Calanques a été signé en conseil des ministres par François Fillon. Le chef du gouvernement est d'ailleurs attendu ce jeudi pour annoncer la création du Parc national. Pour Guy Teissier, président du Groupement d'intérêt public (GIP) des Calanques, la création du Parc national est un soulagement: «Il y a eu beaucoup de coups de mistral. Aujourd'hui, je suis soulagé. Notre ville a besoin d'une image positive. Et ce ne sera pas antinomique avec le développement économique, appuie le président du GIP. Les constructions en zone d'adhésion devront être respectueuses de la nature et de l'environnement.»

Parc national ou «parc d'attraction»?

Le député UMP se félicite également du fait que «le conseil d'État a validé le périmètre que nous lui avons présenté dans sa totalité.» Mais si Guy Teissier laisse éclater son enthousiasme, il n'en va pas de même lorsque le sujet est abordé avec Annick Tajan, présidente de l'association SOS Nature sud: «Au début, nous étions à fond pour la création du Parc national. Mais au fur et à mesure, on en est venus à se demander si ça n'allait pas se transformer en parc d'attraction.» Elle dénonce notamment une forte « pression immobilière». Et de remarquer: «Nous avons constaté qu'il y avait des panneaux d'agences immobilières proposant des logements aux portes du Parc national des Calanques.»

De son côté, Michel Villeneuve, porte-parole de Génération écologie, se pose la question de la viabilité du Parc estimant que le projet est «acadabrantesque avec des zones comprenant des décharges municipales comme Le Grand Caunet à La Ciotat et des zones marines désertiques sur le fond.»

En chiffres

Il s'agit du 10e Parc national en France et du 1er Parc périurbain d'Europe. 90% du Parc national est marin. 300 réunions ont été organisées avec les associations, les pêcheurs, les chasseurs, soit 700 heures de concertation.