51 % des rivières de la zone Rhône-Méditerranée et Corse sont en bon état. Ci-dessus : l'Huveaune, à Marseille.
51 % des rivières de la zone Rhône-Méditerranée et Corse sont en bon état. Ci-dessus : l'Huveaune, à Marseille. - P.MAGNIEN / 20 MINUTES

caroline delabroy

Un léger mieux et deux gros points noirs. Dans son rapport 2 010 sur la qualité des eaux, publié hier, l'Agence de l'eau Rhône-Méditerranée et Corse observe tout d'abord que 51 % des rivières sont en bon état. Une proportion à la fois supérieure à la moyenne nationale, qui est de 45 %, mais encore bien en deçà de l'objectif de 66 % fixé pour 2015 par le Grenelle de l'environnement.
Principal facteur de dégradation des eaux, les pesticides sont pointés du doigt. « Le plus alarmant est la présence, dans 60 % des rivières, de pesticides interdits d'usage depuis 2003 », relève Yannick Prebay, le directeur des données à l'Agence, avant de préciser davantage sa pensée : « Si on les retrouve dans l'ensemble des eaux du bassin, c'est bien qu'ils sont encore utilisés malgré leur interdiction. »

Restaurer un habitat continu
Les molécules de la famille des triazines sont particulièrement mises en cause. Il s'agit d'herbicides à grande échelle utilisés dans les cultures du maïs ou pour désherber des bords de route ou d'autoroute par exemple. La chambre régionale de l'agriculture rappelle cet usage mixte et exclut des pratiques courantes. « Nous avons mis en place une filière pour récupérer les stocks de produits phytosanitaires non utilisables parce qu'interdits ou devenus périmés », indique Marie-Thérèse Arnaud, animatrice environnement.
Autre facteur aggravant cité : la déformation physique des cours d'eau, due aux différents aménagements et barrages. « Nous avons amélioré en Paca l'état chimique de l'eau mais la biologie n'a pas suivi », témoigne Nadou Cadic, directeur de la délégation Paca et Corse de l'Agence de l'eau. Il insiste sur la nécessité de reconstituer un habitat continu pour la faune et la flore, et le rôle exemplaire que doit tenir le Rhône. Le fleuve est en effet l'un des principaux affluents de la Méditerranée.

Bilan en ligne

L'Agence de l'eau a réalisé cette étude sur la base de 3 millions d'analyses réalisées en un an. Le rapport est téléchargeable sur le site www.eaurmc.fr