Proxénétisme hôtelier : un réseau démantelé

Deux hôtels Formule 1 d'Avignon (Vaucluse) et Vitrolles (Bouches-du-Rhône) ont fait l'objet d'une ordonnance de fermeture samedi, à la suite du démantèlement d'un réseau roumain de prostitution qui opérait depuis un an dans la région.

©2006 20 minutes

— 

Deux hôtels Formule 1 d'Avignon (Vaucluse) et Vitrolles (Bouches-du-Rhône) ont fait l'objet d'une ordonnance de fermeture samedi, à la suite du démantèlement d'un réseau roumain de prostitution qui opérait depuis un an dans la région.

Depuis le 7 février, douze personnes au total ont été écrouées dans ce dossier, dont les deux directeurs d'hôtel et deux de leurs employés. Trois autres ont été placées sous contrôle judiciaire. Hôteliers, proxénètes ou « maquerelles » sont accusés, selon les cas, de proxénétisme aggravé, de proxénétisme hôtelier et d'association de malfaiteurs. Selon les enquêteurs, le réseau, monté par un Roumain de 25 ans demeurant à Marseille, faisait venir les prostituées de Roumanie avec des visas de tourisme, soit par des lignes régulières d'autobus, soit en voiture. Les jeunes filles étaient contrôlées par des prostituées plus âgées et par des hommes de main, tous Roumains. Les clients, recrutés par petites annonces dans les journaux, étaient dirigés vers des hôtels réputés discrets en raison du paiement des chambres par carte bancaire.

Mots-clés :

Aucun mot-clé.