Dix mille tonnes de déchets sont à ramasser.
Dix mille tonnes de déchets sont à ramasser. - P.MAGNIEN / 20 MINUTES

laurent berneron

Quinze jours après le début de la grève, les dirigeants de FO ont appelé hier les éboueurs à reprendre le travail. Un « plan d'urgence » va être lancé pour nettoyer la ville, où 10 000 tonnes de déchets se sont amoncelées.

«Négocié»
« FO est un syndicat responsable : il y a un risque majeur de feux de poubelles. C'est pourquoi nous décidons de suspendre le mouvement », affirmait Elie-Claude Argy, secrétaire général FO des territoriaux de Marseille. La « suspension » du mouvement a été proposée dès hier soir aux 2 200 agents de la propreté via des assemblées générales. Selon, FO « la ville peut être nettoyée en 4 à 5 jours, si on y met les moyens », indique Patrick Rué, secrétaire adjoint. Le syndicat a « négocié » avec le président (PS) de MPM, Eugène Caselli, un « plan d'urgence ». Ce dernier prévoit d'augmenter le nombre d'éboueurs présents à l'arrière des bennes, des heures supplémentaires et un encadrement policier des tournées de ramassage. Mais le retour au travail des agents publics, « dès ce matin », ne se fera pas sans mal. L'intersyndicale Cgt/Fsu/Unsa/Cfdt a décidé de son côté de maintenir ses blocages des centres de stockage des déchets des Aygalades et de la Capelette. Et Fo a prévenu hier : « Les premiers camions arriveront dans les centres à 7 h 30. soit c'est ouvert, soit il y a les forces de l'ordre et les camions feront demi-tour ».