le recteur reste inflexible sur les revendications des profs

éducation La contestation contre les moyens alloués à la rentrée continue

laurent berneron

— 

Jean-Paul de Gaudemar, recteur, reconnaît que le « budget est contraint ».

Jean-Paul de Gaudemar, recteur, reconnaît que le « budget est contraint ». — S. PAGANO / REPORTAGES / 20 MINUTES

Un problème ? Quel problème ? Malgré la contestation dans les établissements, Jean Paul de Gaudemar, recteur de l'académie d'Aix-Marseille, n'entend pas changer d'un iota sa feuille de route pour la prochaine rentrée scolaire. Conséquences : pyramide de chaises ce soir au collège Vieux-Port (2e), occupation de parents d'élèves empêchée par la police au collège Puget (6e) il y a quelques jours, campement depuis une semaine devant le collège de l'Estaque (15e). Tout cela est normal, « c'est de saison, selon Jean-Paul de Gaudemar. Le mois de mars, c'est le mois où l'on s'agite, où l'on manifeste, on n'échappe pas à cela cette année. » Le recteur reconnaît tout de même que pour 2010 « le budget est contraint ». Avec la réforme de la formation des enseignants et une baisse légère des effectifs d'élèves, 208 postes du secondaire sont supprimés dans l'académie. Alors qu'il faut mettre en place les réformes des lycées généraux et professionnels, profs et familles de nombreux collèges se voient en parent pauvre, critiquant la baisse de leur dotation globale horaire (DGH). « Il y a certains collèges où l'agitation a peu de justification », insiste le recteur. « C'est plus l'impact des DGH sur les suppressions de tel ou tel poste qui inquiète », selon lui, et non la remise en cause de la qualité des enseignements.
Nombre de professeurs se plaignent du recours de plus en plus important aux heures supplémentaires, qu'ils n'assurent pas faute de temps après la préparation de leurs 18 heures légales de cours hebdomadaires. « Il y a deux types de professeurs, indique le recteur. Ceux qui ne veulent pas d'heures supplémentaires et l'autre moitié, qui est très appétente sur la question, cherchant plus de revenu, d'autant que certaines heures sont maintenant défiscalisées. » Les représentants du syndicat Snes, qui manifestaient hier matin devant le rectorat à Aix, ont demandé un « plan d'urgence » pour l'académie.

Mots-clés :

Aucun mot-clé.