Les grimpeurs montent au créneau

Malaise au bord de la falaise. En ­annonçant le mois dernier la création

Carole Vinco

— 

Malaise au bord de la falaise. En ­annonçant le mois dernier la création

au sein du futur parc national

d'une ­réserve intégrale

interdisant l'accès à tout être humain et comprenant les ­falaises du Devenson et de ­Soubeyrannes, la direction du Groupement d'intérêt public (GIP) des ­calanques avait jeté un pavé dans la marre. « Ce sont les sites d'escalade les plus emblématiques du massif », s'insurge Cyril Bonnefoi, membre du Club alpin français (CAF), ajoutant que « ces deux falaises représentent plus de 40 % de la surface de grimpe » dans le massif des Calanques.

Le GIP concède avoir fait « une erreur d'appréciation en touchant à un ­symbole [des escaladeurs], ce qui a engendré un débat passionné ». Mais Lionel Royer-Perreaut, chargé de la concertation, nuance : « Chacun veut le parc national, mais devant chez le voisin. » Sur le fond, tous les acteurs s'accordent sur la nécessité de créer une zone intégrale qui permettrait de préserver la flore et les espèces ­animales. « L'objectif est la protection de la biodiversité, rappelle Lionel Royer-Perreaut. Les réserves ­intégrales serviront de zones témoins en vue de mener des études scientifiques. » De son côté, le CAF martèle que les escaladeurs sont les ­« premiers défenseurs de la nature » et qu'ils « approuvent la création d'une réserve intégrale, qui peut prendre une ­certaine valeur à côté d'une ville comme ­Marseille ».

Le problème semble donc découler d'un manque de communication, que le CAF est le premier à dénoncer. « Il faut que la direction du GIP nous consulte et prenne en compte notre avis sur l'emplacement le plus adéquat pour la réserve intégrale », assure Cyril Bonnefoi.

Victor-Hugo Espinosa, président d'Eco Forum, réseau d'associations écologistes, s'est proposé pour jouer le rôle de médiateur : « Tout le monde doit faire des efforts, estime-t-il. C'est un problème de forme et non de fond, car nous avons tous le même but : préserver la nature. » Une réunion entre ­experts scientifiques et grimpeurs est prévue lundi prochain pour tenter de trouver une solution. L'accrochage pourrait encore retarder l'aboutissement du projet de parc national, qui avait été lancé il y a plus de dix ans. W

Mots-clés :

Aucun mot-clé.