EDF mise sur lesénergies renouvelables au niveau local comme le photovoltaïque.
EDF mise sur lesénergies renouvelables au niveau local comme le photovoltaïque. - NOSSANT / SIPA

Passer du statut de territoire fragile à celui de zone modèle. C'est un véritable « changement de braquet » en matière de gestion de l'électricité que promet la direction régionale d'EDF. Hier, l'antenne Paca a présenté son programme « énergie efficace », qui s'appuie sur deux axes : maîtriser la consommation et développer les énergies renouvelables. Une initiative pilote, motivée notamment par des difficultés propres au territoire : véritable « péninsule électrique » en bout du réseau national, la région, qui ne produit que 40 % de l'électricité qu'elle consomme, est alimentée en grande partie par une seule ligne de 400 000 volts. Au moindre incident (feu, orage, panne), les conséquences sont lourdes. Ainsi, le 30 juillet, 1,2 million de foyers ont été privés de courant durant une heure après un incendie.

Si des actions sont en cours pour renforcer le réseau, EDF, de son côté, mise d'abord sur le développement de la production locale via les énergies renouvelables pour sécuriser l'offre. En tête de front, l'amélioration du potentiel hydraulique (30 % de l'électricité produite en Paca), pour laquelle plusieurs chantiers sont programmés sur la Durance. Mais c'est sur le solaire que le groupe mise à long terme. « C'est la forme d'énergie la plus porteuse, souligne Claude Monmejean, délégué régional d'EDF. La région a un vrai potentiel et pourtant, on est loin d'être les premiers. » Pour inverser la tendance, deux centrales solaires sont en construction, à Sainte-Tulle et à Manosque. Autre énergie appelée à se développer, la biomasse : après celle de la Ciotat, ouverte en 2006, deux centrales valorisant le méthane sont en projet à Gardanne et Orange.

Après les sources, les bénéficiaires. Pour les logements des particuliers, des éco-primes allant jusqu'à 1500 euros seront notamment proposées pour la mise en place de chauffage plus performant. « Aujourd'hui, le taux de renouvellement est de 2 à 3 %, constate Anaïk Juhuette, directrice des ventes. On vise les 10 %. » En cumulant les initiatives, d'ici à 2015, Claude Monmejean vise une économie d'énergie « équivalente à une agglomération de 300 000 habitants ». Une véritable course contre la montre, dans une région où la consommation augmente inexorablement d'1,8 % en moyenne par an. W

Mots-clés :

  • Aucun mot-clé