La mère de Mohamed dit l'avoir adopté

Une nouvelle version, pas encore corroborée. Confrontée aux résultats de tests ADN, la mère du petit Mohamed a affirmé aux enquêteurs qu'elle avait « recueilli » l'enfant. Mais elle n'a fourni aucun document légal prouvant ses dires, a expliqué hier ...

Frédéric Legrand - ©2008 20 minutes

— 

Une nouvelle version, pas encore corroborée. Confrontée aux résultats de tests ADN, la mère du petit Mohamed a affirmé aux enquêteurs qu'elle avait « recueilli » l'enfant. Mais elle n'a fourni aucun document légal prouvant ses dires, a expliqué hier Jacques Dallest, procureur de Marseille. Cette femme de nationalité algérienne, mais vivant en France, a été mise en examen mercredi pour « simulation d'enfant » après que des tests ADN ont prouvé que le petit Mohamed, deux ans et demi, retrouvé errant à la cité Fonscolombes (3e) début août, n'est pas son fils biologique.

« Elle nous explique qu'elle l'a recueilli en Algérie, à sa naissance, détaille Jacques Dallest. Selon elle, l'enfant serait né hors mariage et la vraie mère n'aurait pas voulu le garder pour des raisons d'honneur. » La femme assure qu'elle a fait valider le changement d'autorité parentale par un juge, dans le cadre d'une procédure algérienne, la kafala, tutelle-protection définie par le Coran. « Mais elle ne nous a pas fourni de documents, souligne le procureur. Elle assure que ceux-ci sont en Algérie, chez sa soeur. » La thèse d'une fraude aux allocations familiales, un temps envisagée, n'a pas été confirmée. « Le petit Mohamed n'a jusqu'à présent aucune existence légale en France, ajoute Jacques Dallest. Il n'est pas inscrit aux allocations familiales. »

Des expertises ADN ont été lancées sur les quatre enfants de la jeune femme. Les résultats devraient être connus la semaine prochaine. Comme le petit Mohamed, ils ont été confiés à l'assistance sociale.

Mots-clés :

Aucun mot-clé.