Marseille: Après des soupçons de maltraitance, le père d’un bébé de 5 mois porte plainte

NOURISSON La fillette de 5 mois est actuellement soignée à la Timone pour une fracture du crâne. Un auxiliaire de puériculture a été mis en examen…

D. G.

— 

L'hôpital de la Timone (10e), à Marseille.

L'hôpital de la Timone (10e), à Marseille. — P.MAGNIEN / 20 MINUTES

« Dès la seconde visite, j’ai constaté un premier bleu, des rougeurs sur son front », raconte le père de la petite Lyana, cinq mois, qui a déposé plainte à Marseille pour maltraitance, selon nos confrères de La Provence.

Après la séparation des parents, la petite fille, née prématurée à 7 mois, avait été placée à la pouponnière départementale de Montolivet, sur décision d’un juge aux affaires familiales. « Malgré cette mesure d’éloignement fixée à 6 mois, j’avais le droit de la voir une heure par semaine », a expliqué Eddy, son papa à nos confrères. « Dès le premier rendez-vous, je me suis rendu compte qu’elle était sale, qu’elle sentait le vomi, que son visage n’était pas nettoyé. Et dès la seconde visite, j’ai constaté un premier bleu, des rougeurs sur son front ».

Le papa inquiet

Un rapport d’incident a vite été transmis et pendant plusieurs semaines, plus rien. « Et puis lors d’une nouvelle visite début décembre, là on me l’a amenée avec un œil droit au beurre noir, au point qu’elle avait du mal à l’ouvrir et avec une grosse bosse au front. J’ai foncé voir la brigade des mineurs » raconte le papa.

>> A lire aussi : Nîmes: Une enquête est ouverte après la mort d'un bébé de 11 mois à la Timone, à Marseille

Rapidement les enquêteurs de la sûreté départementale se rendent sur place pour interroger le personnel en contact avec le nourrisson, un second rapport, beaucoup plus inquiétant, a été fait. « Et d’ailleurs c’est le jeune homme aujourd’hui soupçonné qui a déclaré l’incident », détaille le directeur général des services du Conseil départemental des Bouches-du-Rhône, Jean-Luc Boeuf, au quotidien.

Une chute sur la table à langer

C’est donc sur un auxiliaire de puériculture de 28 ans, en poste ici depuis 6 ans, qui concentre l’attention des enquêteurs. Il donne d’abord une fausse version lors de son audition avant de confier que la fillette serait tombée sur la table à langer à cause d’un jouet par terre qui a fait trébucher le jeune homme.

>> A lire aussi : Laits infantiles contaminés: Pourquoi le problème n’a-t-il pas été détecté à temps?

L’homme a été mis en examen et laissé libre sous contrôle judiciaire. La direction de la pouponnière l’a suspendu. Un policier raconte : « La présence d’hématomes sous-duraux et d’une hémorragie rétinienne sont souvent le signe d’un bébé secoué ». La petite Lyana, souffrant d’une fracture du crâne, a été opérée à la Timone. Selon les médecins, la fillette pourrait garder des séquelles.