Législatives: Sa famille tenait la circonscription depuis 1962... Rocca Serra (LR) battu en Corse

LONGEVITE Camille de Rocca Serra rêvait de conquérir un quatrième mandat. Son grand-père avait élu dans cette circonscription en 1962... 

J.S.-M.

— 

L'élu LR Camille de Rocca Serra, en juin 2017.

L'élu LR Camille de Rocca Serra, en juin 2017. — P. Pochard-Casabianca / AFP

L’élection de trois députés nationalistes en Corse est une première historique, un petit tremblement de terre politique. Une des victimes collatérales de ce séisme se nomme Camille de Rocca Serra, député sortant Les Républicains dans la 2e circonscription de Corse-du-Sud, et battu par le nationaliste Paul-André Colombani.

>> A lire aussi : Pour la première fois, la Corse envoie trois nationalistes à l'Assemblée

La famille enchaîne les mandats pendant 55 ans

L’élu de 63 ans, élu à l’Assemblée nationale depuis 2002, briguait un quatrième mandat. Camille de Rocca Serra avait « hérité » de la circonscription après le départ de son père, Jean-Paul de Rocca Serra, qui tenait la circonscription depuis 1978. C’était auparavant le grand-père de Camille de Rocca Serra (prénommé également Camille), qui siégeait à l’Assemblée nationale. La famille a donc enchaîné les mandats dans la circonscription pendant 55 ans.

« Je suis peut-être une victime d’un dégagisme », analyse Rocca Serra sur France 3. Il n’a pas évoqué une possible retraite ou un retrait de la vie politique : « La famille Rocca-Serra n’existe pas que par rapport à la politique, elle existera autrement, l’important ce n’est pas l’histoire d’une famille, ce n’est pas non plus mon histoire personnelle, c’est l’histoire politique, c’est-à-dire comment va-t-on faire de la politique demain ? »

Une interview interrompue par quelques coups de feu, tirés en l’air (ou explosion de pétards). « On avait dit qu’on arrêtait avec cette pratique », commente Rocca Serra dans un sourire.