Corinne Versini (LREM): «Les gens en ont marre d’être dirigés depuis Paris.»

LEGISLATIVES Au second tour des législatives, Corinne Versini, la candidate de la République en marche, affronte dimanche Jean-Luc Mélenchon, de la France insoumise, dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône…

Adrien Max

— 

Corinne Versini après les résultats du premier tour, le 11 juin 2017.

Corinne Versini après les résultats du premier tour, le 11 juin 2017. — Boris Horvat

  • Corinne Versini mise sur la proximité avec les électeurs pour remporter l’élection de dimanche.
  • Selon elle, les différentes polémiques de la semaine (Code du travail, état d’urgence), n’influeront pas sur l’issue du scrutin dimanche.

Corinne Versini, la candidate de la République en marche s’est qualifiée pour le deuxième tour des élections législatives dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône avec 22,5 % des voix, derrière les 34 % de Jean-Luc Mélenchon, de la France insoumise.

Sur quoi la victoire va-t-elle se jouer dimanche soir ?

C’est la proximité avec les gens qui va faire la différence. J’ai continué de tracter, d’aller à leur rencontre. Les gens en ont marre d’être dirigés depuis Paris. Je pense les avoir entendus et compris. Il y a beaucoup de colère, d’insatisfaction même si je ne pourrais pas tout résoudre en tant que députée.

Quels sont les thèmes que vous porterez si vous êtes élue ?

Ce sera l’éducation en priorité pour lutter contre le chômage des jeunes. Ceux qui ont décroché doivent revenir vers un cursus de formation pour trouver un emploi qui leur plaît. Les autres thèmes seront le logement et la sécurité. Il ne faut plus que le logement social se fasse dans des grands ensembles, une intermédiation est nécessaire.

>> A lire aussi : Législatives: «Je me retirerai de la politique les deux pieds devant!»... Mélenchon répond à nos lecteurs

Pensez-vous que les polémiques de cette semaine (Code du travail, état d’urgence) vont influencer le résultat de dimanche ?

Je ne pense pas. Ce sont des choses qui avaient été annoncées par le candidat Macron, et elles sont tenues par le président. Il fait ce qu’il avait dit, je ne vois pas pourquoi on lui reprocherait.