VIDEO. Législatives: À mi-chemin dans la campagne, Jean-Luc Mélenchon précise certains enjeux à venir

POLITIQUE Jean-Luc Mélenchon fait le point sur sa situation à Marseille, avant d’évoquer les enjeux à venir…

Adrien Max

— 

Mélenchon lors d'une marche à Marseille.

Mélenchon lors d'une marche à Marseille. — Claude Paris/AP/SIPA

  • Jean-Luc Mélenchon ne briguera pas la mairie de Marseille.
  • Selon lui, Corinne Versini est sa principale adversaire.
  • Il réfléchit à installer le siège de la France insoumise à Marseille.

A quinze jours du premier tour des élections législatives, Jean-Luc Mélenchon a fait le point sur son arrivée, largement commentée, à Marseille. Il a ensuite évoqué les enjeux à venir de cette élection. Le candidat de la France insoumise dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône s’est montré très surpris par l’engouement autour de cette campagne. « Tout le monde se rue sur moi pour avoir sa photo. Par gentillesse, on ne peut pas dire non mais je n’en peux plus, ce n’est plus possible », avoue-t-il.

Beaucoup viennent à sa rencontre pour des requêtes très personnelles, auxquelles le candidat ne peut pas répondre. « Il y a un gros travail d’éducation politique à faire. Il ne s’agit pas d’une élection locale mais bien d’une élection nationale et ça, les gens le comprennent quand on leur explique. », ajoute Jean-Luc Mélenchon.

« Le vrai danger, c’est Versini »

Il ne répondra d’ailleurs pas aux attentes municipales puisqu’il exclut catégoriquement de briguer la mairie de Marseille. « On veut mettre le pied dans la fourmilière et faire changer les choses, mais je n’ai aucune ambition municipale », précise celui qui a rencontré Jean-Claude Gaudin peu avant l’annonce de sa candidature. S’il admet que le ras-le-bol envers les politiques marseillais est l’un des sujets les plus évoqués en interne, ainsi qu’avec les habitants, ce n’est pas son rôle. « Ma présence est déjà un changement, mais les choses vont se faire progressivement. Ce sera aux jeunes de mon mouvement de les remplacer. »

Pour en revenir à sa candidature dans la 4e circonscription et son duel face à son ancien ami Patrick Mennucci, « quelqu’un de très fin et de très intelligent derrière son apparence », selon ses dires, Mélenchon sait qu’il ne sera pas son principal adversaire. « Le vrai danger, c’est Versini [la candidate de La République en Marche dans cette circonscription] », avance-t-il avec certitude. Jean-Luc Mélenchon regrette la stratégie de ses adversaires, qui joue en faveur de Corinne Versini selon lui. « Plus ils me tapent, plus je réponds et plus elle passe pour la candidate gentille auprès des électeurs », regrette-t-il. Il promet également de rencontrer l’ensemble des candidats lors d’un débat organisé par France 3, quelques jours avant l’élection.

Le siège de la France insoumise à Marseille

Finalement, peu importe le résultat du scrutin, Mélenchon compte bien faire de Marseille la ville symbole de la France insoumise. Le chef de file des Insoumis réfléchit à y installer le siège de son mouvement, et s’il est élu il y tiendra une permanence. S’ils perdent, la « résistance » s’organisera depuis Marseille. « La température sociale y est très élevée et les formes de lutte y sont extraordinaires », explique-t-il.

>> A lire aussi : VIDEO. Législatives: Dans une campagne tendue contre Mélenchon, Mennucci sort la carte du terrain

Plus qu’un laboratoire des luttes sociales, Marseille est devenue l’éprouvette de la situation politique nationale. « La droite va devoir trouver un nouveau leader après le départ de Gaudin, et la gauche doit se réorganiser. C’est aux jeunes de construire et c’est ce qui est passionnant », a-t-il conclu avant de repartir se faire photographier, malgré lui, en déambulant sur le Vieux-Port.