OM: «Elles étaient lourdes !» Patrice Evra débriefe sa célébration NSFW, son but... et les consultants

FOOTBALL Pour fêter son but décisif contre Nice (2-1), Patrice Evra a osé une célébration... Couillue. «Not safe for work»...

Au stade Vélodrome, Jean Saint-Marc

— 

Cette partie-là de la célébration est tout public... Pas la suite.

Cette partie-là de la célébration est tout public... Pas la suite. — B. Horvat / AFP

  • Patrice Evra a marqué un but primordial dans la course à l’Europe : l’OM est désormais cinquième, un point devant Bordeaux.
  • En zone mixte, le latéral s’est expliqué sur la polémique qui l’oppose à Christophe Dugarry (entre autres).

« T’as vu ce qu’il a fait Evra » ? Et vas-y qu’on mime le geste. « C’était pour Dugarry tu penses ? » En attendant le chaland, la zone mixte ne parle que de ça : la célébration de Patrice Evra, buteur/sauveur/homme du match ce dimanche soir lors de la victoire de l’OM face à Nice ( 2-1).

>> A lire aussi : OM-Nice: Patrice Evra est éternel... Revivez la victoire Marseillaise (2-1)

On ne va pas tourner autour du pot pendant deux heures et on va vous décrire tout ça le plus simplement possible. D’abord le but : à la réception au deuxième poteau d’un centre de Lopez, Evra marque d’une tête au ras du sol (pourquoi n’a-t-il pas mis le pied ?) Il se relève, court vers le poteau de corner en montrant qu’il en a une grosse paire… Avant d’enchaîner une série de pompes. Amis de la poésie, bonsoir.

Interrogés sur le but et surtout sur la célébration, ses camarades de vestiaire ont à peu près tous esquivé :

  • Maxime Lopez : « C’est Pat', hein… J’étais un peu surpris que ce soit lui à la réception du centre ! Mais j’étais content de la voir au fond » (rires)
  • Morgan Sanson : « Je suis content pour lui ! Il a les crocs, il a la dalle, c’est un vrai leader. »
  • Rémy Cabella : « Ce qui m’a surpris, c’est surtout qu’il m’a volé le but (rires) ! Non, il fait un match énorme. »
     

« J’ai léché mes plaies à l’écart du troupeau »

Patrice Evra a d’abord tenté de nous arnaquer… Avant de s’expliquer un peu sur cette célébration big balls. On vous retranscrit le dialogue dans la longueur (pas tout à fait en intégralité sinon ça va être plus long que Phèdre)

>> Pour un résumé des épisodes précédents de la polémique Evra / Dugarry, c'est par ici !

« — Je sors d’une période où j’étais frustré. Quand je suis arrivé, j’étais blessé, je n’étais pas à 100 %. Là j’ai de bonnes sensations et je suis récompensé par ce but. Ma célébration, j’ai fait des petites pompes parce que j’aime bien bosser… Et parce que j’en ai encore sous le capot.

— Vous ne faites pas que des pompes… Vous montrez votre entrejambe aussi… C’était quoi, avant les pompes ?

— Elles étaient lourdes ! C’est rien. (rires)

— Rien à voir avec les déclarations de cette semaine ? (la polémique avec Dugarry, donc)

— Non, on ne va pas faire de polémiques. Je n’ai pas d’ennemi. C’est donnant donnant, on délire, on raconte des blagues, on vanne. (Plus sérieux). J’étais frustré quand physiquement, je ne pouvais pas donner le meilleur de moi-même. Certains en ont profité pour tacler mes qualités. Je me suis écarté du troupeau pour mieux lécher mes plaies… Et quand je reviens, c’est du Pat' ! Les gens vont dire « il est arrogant ! » Mais non ! C’est quelqu’un qui a confiance en ses qualités. Je suis pas un voleur, j’ai rien volé dans ma carrière ! »

Une fois que les caméras se sont éloignées, des confrères le prennent à part, lui demandent de s’expliquer un peu. Dans un mélange de off et d’interview, Evra en remet une couche sur « ces consultants qui ne sont même pas des journalistes… » Ces anciens joueurs « terrorisent certains footballeurs », jure Evra. Pas lui, bien sûr : « moi je ne lis pas, je n’ai jamais eu besoin de la presse, pour aller en équipe de France, pour aller à Manchester… »

>> A lire aussi : Mystérieux bizutage, coéquipiers séduits, zone mixte snobée... Evra à Marseille, épisode 1

Sans savoir qu’en même temps ou presque Daniel Riolo est en train de lui tailler un costard sur RMC (le traitant de « guignol »), Evra en remet une petite contre Dugarry : « il a quoi, une Coupe de la Ligue ? J’ai 20 trophées de plus que lui ! » Fact-checking en direct, c’est à la mode :

Paint et Wikipedia en arbitres du match Duga / Evra
Paint et Wikipedia en arbitres du match Duga / Evra - Capture d'écran Wikipedia

Il est quand même sacrément ambigu le garçon… D’un côté ce « je m’en fous des critiques ». De l’autre ce truc d’alimenter sans cesse la polémique en leur répondant. Avec son « je fais ça pour les autres footballeurs », Evra s’est trouvé une justification imparable. Une dernière pour la route ? « Je suis quelqu’un qui chambre. Toujours j’envoie des punchlines ! Ça, c’est Pat' ! » Et comme Dugarry est exactement pareil, c’est pas fini, cette histoire…