Mercato, sponsors, supporters... Ce serait un (psycho)drame si l'OM loupait l'Europe

FOOTBALL Les Marseillais jouent très gros ce dimanche (15 heures) à Caen. Tout autre résultat qu’une victoire les mettrait en grande difficulté dans la course à l’Europe…

Jean Saint-Marc

— 

L'OM Champions League Project.

L'OM Champions League Project. — C. Max / SIPA

  • Coincé à la 6e place de Ligue 1 après une série de quatre matchs nuls en cinq rencontres, l’OM joue à se faire peur dans la course à l’Europe…
  • Une non-qualification pour la Ligue Europa serait un vrai coup d’arrêt pour l’OM Champions Project de Frank McCourt.

C’est unique, une équipe capable de balayer 4-0 un rival pour l’Europe au Vélodrome le dimanche, et infoutue de se défaire du 17e de Ligue 1 le week-end suivant. Mais c’est ça, l’OM, cette saison. 

>> A lire aussi : Opportunisme, attaquants, coach… Comment Bordeaux a pris la pole position dans la course à l’Europe?

Aujourd’hui, les Marseillais sont 6e de Ligue 1, une place qui les forcerait à supporter le PSG en Coupe de France (ou Lyon en Ligue Europa) pour gratter une invitation européenne. Avant le déplacement à Caen, ce dimanche, l'OM compte deux points de retard sur l’OL, 5e (qui compte un match en moins) et trois sur Bordeaux. Il faut donc ramener trois points bien dodus de ce déplacement normand. Parce que la Ligue Europa l’an prochain, ce n’est pas une option.

Parce que ça ferait perdre des sous. La seule phase de groupe rapportait cette année environ cinq millions d’euros aux participants. OK, pour l’OM Champions Project de McCourt, ça ne semble pas énorme : c’est un sixième de Dimitri Payet (disons son bras gauche !).

Mais il faut ajouter à ça le manque à gagner en billetterie… Et en termes de recettes sponsoring : « L’OM est dans une période de renégociation de contrats, glisse l’économiste marseillais Lionel Maltese. Ne pas disputer de coupe d’Europe serait extrêmement handicapant pour une marque qui se veut internationale. »

Parce que ça rendrait le mercato plus compliqué. « Quand ils rejoignent un club, les joueurs veulent de la visibilité pour gagner de la valeur », poursuit Maltese. La Ligue Europa est certes moins prestigieuse que la Ligue des champions, mais elle est aussi très suivie, scrutée de près par le petit monde du foot. « L’OM devra négocier finement et jouer sur les autres arguments : le montant du transfert, et le salaire », reprend le maître de conférences à l’université d’Aix-Marseille et à Kedge. Monaco s’en était bien rendu compte au moment de faire venir Falcao en 2013. Le club du Rocher avait dû débourser 60 millions d’euros pour le transfert (un record à l’époque) et lui offrir 12 millions de salaire par an.

Parce que ça énerverait les supporters. Pour l’instant, c’est l’amour fou, la lune de miel entre les supporters de l’OM et leurs nouveaux dirigeants (on n’a pas dit nouvel entraîneur, hein). « On est devenus plus patients, peut-être plus raisonnables », sourit Jérôme, supporter et rédacteur pour le site OMForum. Louper le coche européen serait tout de même « une vraie déception », surtout que les dirigeants marseillais ont bien fait monter la sauce ces derniers temps, notamment avant le match contre le PSG : « Notre objectif c’est la deuxième étoile, c’est la finalité de toutes nos décisions. C’est un rêve réalisable », avait ainsi affirmé le proprio Frank McCourt.

>> A lire aussi : Comment Jean-Pierre Franceschi est devenu le chirurgien des stars du foot

En attendant le retour de l’hymne mythique au Vélodrome, les supporters de l’OM sont prêts à patienter avec la C3 : « On a vu avec Lyon cette année que cette compétition peut susciter de belles émotions », reprend Jérôme.

Parce que l’histoire, bon sang ! On ne va pas vous refaire le coup du « à jamais les premiers » (ah, on nous signale dans l’oreillette qu’on l’a déjà fait au moment de choisir l’illustration de ce papier). Mais Marseille s’est fait aimer des Français dans les années 1990, avec la finale de 1991 et bien sûr le titre de 1993. Les deux finales de Coupe UEFA, en 1999 et 2004, ne sont pas si lointaines dans les mémoires. « L’OM doit jouer la coupe d’Europe puis la Ligue des champions tous les ans, il faut que ce soit un vrai accident de parcours de ne pas y être », lance Lionel Maltese. C’est noté Messieurs ?