Les U19 de l'OM félicitent leur gardien Suan Besic après la victoire contre Le Havre en huitièmes de finale.
Les U19 de l'OM félicitent leur gardien Suan Besic après la victoire contre Le Havre en huitièmes de finale. - Meryll Vian / OM.net 2017
  • Vous connaissez Boubacar Kamara ? On vous présente Dinaj, Perrin, Besic… Les poids lourds de l’équipe U19 de l’OM.
  • Pour l’entraîneur des jeunes du FC Nantes, cet effectif a les moyens de se qualifier pour une finale au Stade de France.

Le Stade de France dans un coin de la tête, mais pas plus de stress que ça : voilà comment les U19 de l’OM abordent leur demi-finale de Gambardella, en tout cas, selon leur entraîneur Olivier Jannuzzi. « On a préparé ce match comme les autres, jure l’éducateur. D’ailleurs la journée de mardi a été consacrée aux épreuves du BPJEPS [un diplôme niveau bac]. On aurait pu annuler, mais on a préféré faire comme d’habitude ! »

>> A lire aussi : «Papa, t'as mal, c'est quelqu'un qui t'a tapé»... Consternante fin de match de Gambardella à Nantes

Pour lui, les Minots « savent gérer la pression ». Ils l’ont montré tout au long de leur parcours, avec deux qualifs aux tirs aux buts et un match bien stressant en quarts à Nantes (0-1, but sur penalty à la 82e). Allez, on vous présente ceux qui ont brillé jusque-là. Enfin quelques-uns, il a fallu faire des choix.

Suan Besic : le héros revanchard des tirs aux buts. A tout seigneur tout honneur : commençons donc par le portier marseillais, Suan Besic, héros des 8es et des 16es de finale, remportés aux tirs aux buts. Il a aussi été très bon à Nantes, en quarts. « Il est sur une pente ascendante, après une saison un peu compliquée », commente Olivier Jannuzzi. Titulaire en début de saison, il a perdu sa place de numéro 1 en cours de saison, avant de la récupérer. « J’espère qu’il va continuer comme ça », reprend Jannuzzi.

Le gardien marseillais a en tout cas impressionné l’entraîneur des U19 du FC Nantes, Charles Devineau : « Il est très bon sur les balles aériennes… Et il a une grosse personnalité, il est capable de fédérer autour de lui ! »

Boubacar Kamara : boss de la défense, star (malgré lui) du mercato. Vous avez sans doute déjà entendu ce nom : à 17 ans, le défenseur Boubacar Kamara a fait quelques apparitions dans le groupe pro cette saison et a même été titularisé lors du ( funeste) huitième de finale de Coupe de la Ligue à Sochaux. Mais si l’on parle de lui, c’est surtout à la rubrique mercato : il n’a pas encore prolongé à l’OM et est annoncé tous les deux jours dans un top club européen. Son entourage est réputé… gourmand.

>> A lire aussi : Pourquoi la nouvelle direction joue gros sur le dossier Kamara

Sur le terrain, le défenseur est en tout cas le leader incontestable des U19. « Patron, c’est le mot. Il a porté l’équipe à Nantes », confirme Jannuzzi. Capitaine – quand il n’est pas appelé avec la CFA –, l’international U18 apporte « de la sérénité et de la solidité » à sa défense.

Lucas Perrin : un patron plus discret. Après la qualification à Nantes, Boubacar Kamara, l’homme du match, a tenu à saluer le gros boulot abattu par son voisin de la défense centrale, Lucas Perrin. « Avec Lucas, on s’est bien parlé, on s’est entraidé et ça a bien fonctionné », confiait-il à La Provence.

« Lucas est en train de se révéler, confirme Jannuzzi. Il progresse, il s’affirme et c’est vrai que ça nous fait une charnière très compétitive. » Perrin a été élu meilleur jeune du centre de formation au mois de janvier dernier : c’est très honorifique, mais ça ne fait pas de mal.

Gent Dinaj, le finisseur ultra généreux. « Ses stats parlent pour lui », lâche Jannuzzi à propos de son meilleur buteur :  Gent Dinaj a déjà scoré sept fois en CFA. « Il est aussi très généreux dans l’effort, parfois ça déborde un peu », sourit l’entraîneur, qui « préfère toujours freiner un joueur que le pousser. »

Le gros tempérament de l’Albanais a en tout cas attiré l’œil du coach nantais Charles Devineau : « Il n’a pas toujours été bien servi mais il a été courageux dans ses courses ». A la 82e, alors qu’il n’avait pas été désigné pour tirer les penaltys, il n’a pas hésité à s’emparer du ballon : « Ça prouve qu’il a du caractère, reprend Devineau. Et il a bien fait, c’était le seul tireur qu’on n’avait pas étudié à la vidéo ! »

>> A lire aussi : «Je suis avec Taylor Moore»... C'est en Gambardella que Daniel Lauclair a rendu Mbappé célèbre

Et les autres alors ? « Ce qui est frappant avec cette équipe, c’est qu’ils sont tous concernés à la récupération, il m’a semblé qu’ils aimaient vraiment jouer ensemble », souligne Devineau, comme pour nous dire de ne pas trop isoler tel ou tel joueur. Pour lui, toute la « colonne vertébrale » est solide : on vous a parlé de l’avant-centre, du gardien et des centraux… Devineau a aussi repéré « le 6, Mroivili, et leur petit 10 Chabrolle ».

Une équipe qui a le niveau pour aller jusqu’au Stade de France ? Au moment du pronostic, le Nantais préfère ne pas se mouiller : « Ils ont fait le parcours pour, avec des difficultés pour les souder… En tout cas, ils n’ont rien volé ! »

Mots-clés :