Anthony Lopès et les Lyonnais agressés à Bastia
Anthony Lopès et les Lyonnais agressés à Bastia - AFP

24 heures après le rocambolesque « match » entre Bastia et Lyon, interrompu à la mi-temps, le procureur de la République de Bastia donnait ce lundi une conférence de presse. Elle a permis de mieux comprendre plusieurs points du dossier… Certains restent encore à éclaircir.

>> A lire aussi : Violences à Bastia, Lyon-Besiktas, Euro 2016... Pourquoi la France n'arrive pas à gérer les supporters?

Ce que l’on sait

  • C’est d’abord le gardien Mathieu Gorgelin qui est pris pour cible. Tout part de là : pendant l’échauffement, un supporter rentre sur la pelouse et s’en prend au gardien remplaçant de l’OL Mathieu Gorgelin, « jetant une bouteille d’eau dans sa direction », selon le récit du procureur Nicolas Bessonne. Un second supporter, « particulièrement agressif » arrive, puis au total « une cinquantaine de personnes ».
     
  • Avant le match, Memphis Depay, Joël Bats et Jordan Ferri également « bousculés ». « Certains d’entre eux ont aussi subi des coups », raconte Nicolas Bessonne. En revanche, aucun joueur n’a été blessé lors du caillassage du bus, au départ des Lyonnais : aucune pierre n’a atteint le véhicule.
     
  • Les agresseurs risquent gros. Les peines encourues sont importantes : entre trois et cinq ans de prison et des interdictions de stade allant jusqu’à cinq ans. Le parquet de Bastia promet une enquête « marquée par de la détermination, de la célérité, mais sans précipitation. »
     
  • De quelles blessures parle-t-on ? Des « griffures », principalement. Pour l’heure, le médecin de l’OL n’a pas établi d’incapacité temporaire de travail. Nicolas Bessonne a loué « son attitude responsable, il n’a pas voulu mettre d’huile sur le feu. »

>> A lire aussi : Racisme, menaces, violences, la tribune Est de Furiani n'en est pas à son coup d'essai

Ce qu’il faut encore éclaircir

  • Le déroulé de la seconde bagarre, à la mi-temps. « La scène est confuse », selon les termes de Nicolas Bessonne. Le gardien Anthony Lopes est au centre de cette échauffourée. Plusieurs Lyonnais reçoivent de nouveau des coups, dont l’attaquant Jean-Philippe Mateta.
     
  • Le rôle des stadiers. Il « reste à déterminer », selon Nicolas Bessonne. Sur certaines vidéos, on voit des stadiers donner des coups. Un employé d’une société de sécurité privée va d’ailleurs être licencié, selon France Bleu.
     
  • Le rôle du directeur de la sécurité de Bastia. C’était la grosse polémique du jour : selon Jean-Michel Aulas le directeur de la sécurité du Sporting a adressé des coups à Anthony Lopes. Anthony Agostini nie et déclare vouloir porter plainte pour dénonciation calomnieuse. Cette affaire dans l’affaire reste à élucider.

Mots-clés :