Laurent Paganelli, le 20 février 2011 à Marseille.
Laurent Paganelli, le 20 février 2011 à Marseille. - SIPA

Ce n’est pas vraiment une interview, c’est plutôt un happening. A la fin du match entre Marseille et Saint Etienne, le consultant de Canal + Laurent Paganelli s’est mis dans l’idée d’interviewer le latéral marseillais Hiroki Sakai. Précisons qu’il est japonais, qu’il ne parle pas vraiment anglais. Et que de toute façon, « Paga » non plus.

La scène  est complètement surréaliste. 20 Minutes a tenté de la décrypter. Le plus simple, c’est encore de vous résumer ce qu’on a pigé, façon pièce de théâtre.

« Je suis à côté de Sakai. (Ensuite vient une première phrase qu’on ne comprend pas) Hé, enchanté ! Ça va, ça va bien ?

- Ça va.

- Tu veux que je te montre ? C’est mon petit-fils (Paga sort son téléphone). My wife. Japanese. You are a baby you ?

- Yeah, yeah, ma fille. Deux filles.

- You are fatigué ? Tired ?

- Fatigué fatigué ! Mais je suis content, trois zéros.

- Bon match ? T’y a pas marqué encore. No goal, no goal today, you ! ?

- (Sakai rit, un peu gêné) Me ? Non non non non…

- The last match ? (Hypothèse : Paga a confondu « last » et « next »)

- Trois zéros, trois points, c’est important.

- Arigato gossaimasu* ! Merci à toi ! »

>> A lire aussi : OM-ASSE (4-0): Florian Thauvin régale et Marseille recolle à Bordeaux pour l'Europe

* L'auteur de ces lignes n'a fait ni Paga LV2, ni Japonais LV3. On avait donc d'abord entendu «Arigato very much». Un collègue plus compétent nous précise que Paganelli a en fait dit «Arigato gossaimasu». Thank you à lui.

Mots-clés :