Etre à la fois propriétaire et client de son propre supermarché. C’est le concept proposé par l’association Super Cafoutch, du nom du futur supermarché coopératif que les membres souhaitent créer à terme. Magali Poivert et Pierre Blanc portent ce projet, venu tout droit des Etats-Unis, depuis le début de l’année 2016. « Ce concept, qui existe depuis 1973, est l’un des plus performants aux Etats-Unis en termes de résultat et de modèle. On voulait la même chose à Marseille », explique Magali Poivert.

Coopératif, participatif et social

Super Cafoutch, c’est un supermarché coopératif et participatif. Chaque personne achète une ou plusieurs parts, qui offrent une voix. Plus de part n’implique pas plus de voix et donc plus de pouvoir. Voila pour le côté coopératif. Participatif, car chaque coopérateur va consacrer du temps dans la coopérative. « C’est trois heures consécutives par mois pour assurer des tâches diverses comme la caisse, la mise en rayon, le nettoyage », précise Magali Poivert. A terme, le projet se veut également social. « C’est le projet de faire ensemble, de manière ouverte, avec une mixité sociale et sans dogme alimentaire. On trouvera de tout à Super Cafoutch »

En plus de consommer d’une manière locale et responsable, l’aspect participatif plaît aux 150 membres qui ont déjà rejoint le projet. « On ne se contente pas de dire qu’il n’y a pas tel ou tel produit. On est impliqué dans un projet, et on choisit les produits que l’on veut », explique Lucia Techer qui a rejoint le projet en janvier. Gorka Voumbi, membre depuis l’été 2016, a le sens de la formule pour résumer leur engagement : « On passe de consommateur à consom’acteur. C’est une philosophie de projet que l’on construit avec des gens comme nous ».

>> A lire aussi : A Toulouse, les clients de la Chouette Coop prêts à prendre le pouvoir dans les rayons

Ouverture en 2019

Si la concrétisation du projet sera longue, cela n’entame pas les motivations des membres. Au contraire, chacun redouble d’effort pour avancer. Pour cela, l’association a créé trois grands axes de travail. « Je travaille dans la logistique et j’ai choisi de rejoindre le groupe de travail sur l’approvisionnement. Je mets mes compétences professionnelles au service de l’association. », explique Gorka Voumbi. C’est la raison pour laquelle le projet avance aussi vite. Il a fallu près de six ans pour ouvrir un supermarché collaboratif parisien (La Louve), à Marseille il devrait voir le jour en 2019.

Pour patienter et se former, l’association organise déjà des commandes groupées pour les membres. « Ce sont des produits bios et locaux à 99 % avec des prix un peu moins cher que dans les supermarchés traditionnels. » Mais surtout, cela crée déjà du lien social. « On prépare nos paniers sous nos yeux, on peut goûter. Ailleurs tu récupères tes produits en cinq minutes, ici on discute, on échange. »
L’association espère trouver rapidement un local dans le centre-ville de Marseille et va lancer une campagne de financement participatif à l’automne. Pour ancrer cette bonne humeur autour du partage et continuer de faire des émules en attendant le grand jour : l’ouverture de Super Cafoutch.

>> A lire aussi : Costco, La Louve, deux nouveaux modèles américains de supermarchés débarquent en Ile-de-France