Un compteur Linky d'EDF
Un compteur Linky d'EDF - ALAIN JOCARD / AFP

« J’étais en colère ! Heureusement que je ne les ai pas croisés ! ». L’énervement de Radouan Djelali est encore perceptible, près de 24 heures après les faits. Mardi après-midi, alors que cet habitant d’Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône) rentrait du travail, ce dernier a constaté que son compteur avait tout simplement disparu, le privant d’électricité. « J’étais affolé. Plus de chauffe-eau ! Dans le noir ! Ce que j’avais dans le congélo allait morfler ! Heureusement que je ne vis pas avec quelqu’un sous assistance respiratoire ou je ne sais quoi. »

>> A lire aussi : Nord: Facture d'électricité triplée, ils accusent le compteur Linky

Des travaux de rénovation avaient en effet eu lieu dans cet immeuble de Pays d’Aix Habitat, le bailleur social de la sous-préfecture des Bouches-du-Rhône. En parallèle, le bailleur réalisait des travaux à l’intérieur des logements, et en a profité pour installer des compteurs Linky. Ces compteurs dits « intelligents » permettent de relever à distance et en direct la consommation d’électricité.

Enedis (ex-ERDF) chargée de la gestion du réseau électrique basse et moyenne tension, a lancé en décembre 2015 le déploiement dans tous les foyers français de ce compteur électrique, un vaste chantier qui durera six ans. Mais ces compteurs sont très controversés. Les détracteurs redoutent des risques sanitaires, un surcoût, une intrusion dans leur vie privée et l’utilisation de données personnelles.

>> A lire aussi : Linky: La probabilité de risques sanitaires à court et long terme est «très faible»

« Ils l’enlèvent et c’est « démerde-toi » »

Or, Radouan Djelali est l’un d’eux. « C’est dangereux ce truc, on ne connaît pas les effets, et c’est un espion ! ». L’Aixois a fait savoir son opposition la semaine dernière par lettre recommandée. Le jour des travaux, l’ensemble de ses voisins, qui ont tous accepté l’installation de ce compteur selon lui, voit leur compteur changer. « Ils avaient prévenu qu’ils viendraient, ils avaient mis un mot sur la porte disant que si je ne voulais pas, ils allaient me couper l’électricité, affirme-t-il. Mais je ne pensais pas qu’ils feraient ça ! Ils n’ont pas le droit ? Qu’est-ce que ça veut dire ? Même quand on ne paie pas, ils enlèvent pas le compteur ! Là, ils l’enlèvent et c’est "démerde-toi" ».

« Il faut traiter l’urgence, et ce monsieur doit nous contacter », explique Frédéric Beringuier, directeur territorial d’Enedis dans les Bouches-du-Rhône, imputant la situation à l’absence du locataire. « Pour installer un compteur Linky, il faut pouvoir accéder chez lui », explique-t-il. Et s’il n’en veut pas ? « S’il s’oppose farouchement, on verra », indique-t-il,

Des explications « fumeuses », selon Stéphane Lhomme, membre du collectif national Stop Linky. « Les locataires ont le droit de s’opposer à la pose de ce compteur. Et quand il n’y a pas les conditions pour le changer, on attend qu’elles y soient ! C’est une excuse bidon, une intimidation par coupure d’électricité. » En attendant le déblocage de sa situation, le sexagénaire utilise… une prise de courant située dans le couloir de son immeuble.

Mots-clés :