L'essayiste d'extrême-droite Alain Soral, le 12 mars 2015 à Paris
L'essayiste d'extrême-droite Alain Soral, le 12 mars 2015 à Paris - Loic Venance AFP

L’essayiste d’extrême droite Alain Soral a été condamné mardi par le tribunal correctionnel de Marseille, pour diffamation publique d’un dentiste blogueur, Salim Laïbi, à une amende pénale de 2.000 euros.

Il était poursuivi par un chirurgien-dentiste marseillais, blogueur polémiste écrivant sous le pseudonyme «Le libre penseur », pour des propos tenus sur sa page Facebook en janvier 2015. Soral y écrivait : « On ne l’entend plus le dentiste obèse. Il n’appelle plus au djihad anti-gaulois. C’est pourtant sa ligne depuis des mois. »

>> A lire aussi : Front national: Marine Le Pen et ses amis sulfureux qui intéressent la justice

« Une discussion entre polémistes »

« C’est une discussion entre polémistes, a indiqué Fabrice Castoldi, président du tribunal, néanmoins la liberté d’expression invoquée a des limites et elles ont été dépassées. » Le tribunal a ainsi écarté l’argument de l’avocat d’Alain Soral qui estimait que « les propos [incriminés] n’ont pas excédé les limites de la liberté d’expression ».

En dépit de trois commissions rogatoires et d’un mandat d’amener délivrés par un juge d’instruction marseillais, Alain Soral n’avait pu être mis en examen.

>> A lire aussi : Alain Soral condamné pour menaces contre une jeune femme qui l’avait éconduit

Six condamnations

A l’audience le 24 janvier dernier, Salim Laïbi avait rappelé que ces propos intervenaient quelques jours après l’attentat contre Charlie Hebdo : « On est en état d’urgence, il me met en danger, il me diffame et il est coutumier du fait. »

Réclamant une relaxe, l’avocat d’Alain Soral avait plaidé que les deux hommes « se détestent cordialement, politiquement, idéologiquement et personnellement mais on est dans un domaine où il y a des frictions ». Six condamnations figurent sur le casier judiciaire d’Alain Soral, principalement pour diffamation et injure.

Mots-clés :