Fusion Racing-Stade Français: «Un stade vide plus un stade vide...» Mourad Boudjellal trolle (et s'énerve)

RUGBY Le président du RCT a réagi, à sa manière, à l'info rugby de ce lundi...

J.S.-M. avec AFP

— 

Mourad Boudjellal le 1er décembre 2015 à Toulon

Mourad Boudjellal le 1er décembre 2015 à Toulon — BORIS HORVAT / AFP

Ah, il n’est pas content, Mourad Boudjellal. Pour lui, la fusion surprise du Racing 92 et du Stade Français est en fait « un rachat rhabillé en fusion ». C’est ce que le patron du RC Toulon a confié à l’AFP, tout en faisant du grand Mourad Boudjellal.

>> A lire aussi : «C’est la mort de notre club», les joueurs et supporters fous de rage

« C’est un échange d’argent et c’est Savare (le président du Stade Français) qui en touche », lance Boudjellal, avant d’affirmer que cette fusion va désavantager le RCT… En offrant une chance de maintien à Grenoble.

Mourad Boudjellal contre le « rugby du grand capitalisme »

Accrochez-vous, le raisonnement est audacieux : « Pourquoi l’annoncer aujourd’hui ? Où est l’équité sportive ? La prochaine journée, on va à Grenoble, qui était quasiment relégué et qui va se battre pour son maintien. Castres, un concurrent du RCT reçoit le Stade Français qui n’a plus rien à jouer ! »

>> A lire aussi : Quel stade, quel nom, quel effectif? Les questions autour de la fusion Racing – Stade Français

Mourad Boudjellal s’attriste aussi des nombreux licenciements à venir : « on est entré dans le rugby du grand capitalisme, où l’humain passe après l’argent » (oui oui, Mourad qui parle du rugby du grand capitalisme!) Et enfin, une petite punchline pour la route : « Un stade vide plus un stade vide… Ça fera peut-être un stade à moitié vide ! »