Magie de la Coupe de France: L'histoire dingue de l'attaquant de Fréjus-Saint-Raphaël, qui a sorti Auxerre

FOOTBALL Fréjus-Saint-Raphaël (CFA) s'est qualifié pour les quarts de finale en éliminant l'AJ Auxerre (Ligue 2)...

Jean Saint-Marc

— 

Neupoc Mendy, ici lors du trente-deuxième de finale de Coupe de France.

Neupoc Mendy, ici lors du trente-deuxième de finale de Coupe de France. — Etoile Fréjus-Saint-Raphaël

On le tient, notre héros de Coupe de France ! En tout cas, pour ces huitièmes de finale, Neupocoussek Mendy a la tête de l’emploi. Même si dans le match, c’est plutôt le gardien de Fréjus, Gaëtan Deneuve qui a été décisif… Le titre, attribué par un jury composé d’un journaliste de 20 Minutes, revient à l’attaquant, buteur dès la septième minute de ce Fréjus-Saint-Raphaël/AJ Auxerrepour son CV foot étonnant.

Sa première licence de foot il y a trois ans et demi

Dans l’euphorie d’un vestiaire de CFA qui vient d’avoir le scalp d’une Ligue 2, il nous raconte : « J’ai commencé le foot il y a trois ans et demi. Je n’avais jamais eu de licence avant. C’est exceptionnel pour moi d’arriver à grimper les échelons. Déjà jouer en CFA, c’est formidable ! Mais une qualif' pour les quarts de finale de Coupe de France ? Là, c’est l’euphorie pure ! Je ne réalise pas. Depuis tout petit, j’ai toujours vu Auxerre en Ligue 1, en Ligue 2, avec des joueurs que j’idolâtrais comme Djibril Cissé ! Marquer contre Auxerre… Pffff… »

Evidemment, comme « Neupoc » Mendy est un gars sympa, il pense à remercier « ceux qui lui ont permis d’arriver là » (oui oui, un peu comme aux Césars) : « J’ai eu l’opportunité de faire un entraînement, par le biais d’un ami. Et Charly m’a donné ma chance », raconte le jeune homme de 24 ans, qui, auparavant, ne jouait au foot que pour « s’amuser avec des potes, à Marseille. »

Un cousin insistant et un entraîneur « pas chaud » au départ

L’entraîneur Charly Paquillé, qui « ne savoure pas encore la performance » de son équipe, se souvient : « C’est mon cousin qui m’a parlé de ce super joueur qui n’avait jamais joué en club. Une fois, deux fois, trois fois. Je n’étais pas trop chaud au départ. Mais à force de me fatiguer, je lui ai dit "allez, montre-moi". J’avais l’équipe réserve. J’ai cru en lui, il a cru en lui, et voilà. »

« Ça montre qu’à force de travail, tout est possible », insiste Mendy. Le coach confirme : « il a énormément bossé ! Et vu ses qualités athlétiques, sa vitesse, sa puissance, sa vélocité, il peut encore franchir des marches. Il a une marge de progression importante. Tactiquement, il commence à devenir intéressant. » Pas question d’en faire un nouvel Mbappé après un face-à-face réussi contre Zacharie Boucher en Coupe de France. Mais l’homme aux 12 buts cette saison (toutes compétitions confondues) a, selon son entraîneur « le niveau Ligue 2. »

>> A lire aussi : Maillots, journaux, hommages… Que reste-t-il plus de dix ans après un exploit en Coupe de France ?

On verra déjà dans un mois s’il a le niveau « quarts de finale de Coupe de France ». « Fréjus va honorer ce statut de petit poucet, promet Mendy. C’est quand même un truc historique pour le club ! » Et pour lui, du coup.